SELON LA TRADITION INITIATIQUE

Les Trônes sont l’incarnation vivante de la Sephirah Binah (l’Esprit-Saint). Or Binah , nous l’avons vu se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Saturne. Aussi, la tradition kabbalistique attribue au Trône H’aHOu YaH au même titre cas tous les autres Trônes une tonique majeure saturnienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des Trônes , nous constatons que H’aHOu YaH est également associée à Yesod (Fondement). Alors les fonctions célestes de H’aHOu YaH seront donc colorées d’une tonique mineurs Lunaire. Ainsi, la fonction principale de H’aHOu YaH  : nous faire comprendre et accepter les épreuves jalonnant notre existence terrestre (tonique majeur saturnienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeur Lunaires.

Confrontés à l’épreuve, sous l’influence bénéfique de H’aHOu YaH nous apprenons à développer la vertu de tempérance conformément aux recommandations du livre de la sagesse :

«  la sagesse enseigne la tempérance. »

Sagesse VIII, 7.

Il faut entendre par la vertu de tempérance la modération et la mesure en toute chose, soit encore un caractère accommodant et pratique sachant se conformer, par là souplesse, aux circonstances particulières, développant ainsi en nous une certaine sérénité. L’application de cette vertu dans notre vie quotidienne fait appelle à plusieurs facultés dont notamment la continence, la clémence,  la mansuétude et là modestie.

Les enseignements traditionnels nous précisent que cette vertu stimulée par le rayonnement de H’aHOu YaH s’enracine plus parfaitement au cœur de notre personnalité grâce à l’exercice de solitude. Par cette ascèse, nous apprenons à mieux connaître nos propres limites, à établir de justes relation avec nous-mêmes pour enfin nous préparer à établir de justes relations avec autrui.

Les anciens kabbalistes ont également considéré le trône H’aHOu YaH comme étant le messager privilégié de la théurgie, cette pratique fondée sur la grâce divine. Aussi H’aHOu YaH est-il appeler « Dieu bon par lui-même ». Présidant aux œuvres divines et au ministère sacré, H’aHOu YaH est également le céleste des dispensateurs de l’illumination permettant de pénétrer tous les mystères. Véritable don du Ciel, cette illumination est donnée et le résultat pas d’une activité intellectuel :

« Merci d’avoir révélé ces choses aux humbles et de l’avoir caché aux savants et aux scribes. »

-Luc X, 21.

Aussi nous pouvons ainsi trouver la solution à un problème qui, apparemment insoluble, s’éclaire soudainement sous la lumière de H’aHOu YaH.

Enfin, sachant que les Trônes sont directement associés aux épreuves de la vie en qualité d’instructeurs, l’influence de H’aHOu YaH permet plus spécifiquement de mieux comprendre le sens à donner aux événements principalement caractérisés par le fanatisme, la fausseté, les apparences trompeuses, les promesses sans valeurs, les illusions et les égarements de l’imagination. Confrontés à de telles épreuves et  à sombrer dans la apathie, la neurasthénie, la tristesse et la solitude pourrons solliciter l’appui de H’aHOu YaH. Ce Trônes nous permet d’acquérir le sens des réalités nécessaires pour mieux assumer la situation dans un esprit de sérénité et de paix.

%d blogueurs aiment cette page :