L’ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH

Né(e) entre le 21 et le 25 Décembre

Le Soleil Natal de 00° à 05° du Capricorne
MeVaH YaH (55)

L’ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH

Est votre Ange Gardien.

  

L’énergie de MeVaH YaH est une puissance qui nous aide à l’édification et à la réussite d’un rituel. Il anime et inspire les officiants et les prêtres ayant en charge des sacrements. La prière de ce nom devra être dite avant l’accomplissement d’une cérémonie afin d’en assurer le succès et pour que le célébrant soit inspiré. MeVaH YaH permet de retrouver l’énergie d’un rite ancien et de le revivifier et assure également la pérennité d’un nouveau rythme d’une génération à une autre.

MeVaH YaH (55)

Le talisman fabriqué sous l’influence de MeVaH YaH

Protège les Religieux.

Prière – Psaume  102 verset 13 :

Ve’attâh Adonay Le`olâm Têshêbh Vezikhrekha Ledhor Vâdhor :

Mais toi, Eternel, tu trônes à jamais, et ton nom dure de génération en génération 

Il est bon pour avoir des consolations et pour ceux qui désirent avoir des enfants. MeVaH YaH domine sur la morale et la religion ; il influe sur ceux qui la protègent de tout leur pouvoir et la propagent par tous les moyens possibles. Nés sous cette influence nous nous distinguerons par nos bienfaits, notre pitié et par notre zèle à remplir nos devoirs envers Dieu et les hommes.

Le génie contraire est l’ennemi de la vérité ; il influe sur tous  ceux qui veulent détruire la religion et les princes qui la protègent, afin d’empêcher le grand œuvre la régénération du genre humain. (Réf. : Lenay).

ANALYSE DE L’ ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH

Les Principautés sont l’incarnation vivante de la Sephirah Netzach (Victoire). Or Netzach, nous l’avons vu, se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Vénus. Aussi, la tradition kabbalistique attribue à l’ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH au même titre qu’à toutes les autres principautés une tonique majeure vénusienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des principautés, nous constatons que MeVaH YaH est également associée à Hod (gloire). Les fonctions célestes de MeVaH YaH seront donc coloré une tonique mineure vénusienne. Ainsi, la fonction principale de L’ ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH: sensibiliser notre Être à l’expérience de l’amour, de l’esthétisme et de la beauté (tonique majeure vénusienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeurs  Mercuriennes.

En raison de sa coloration Mercurienne, le pouvoir de l’ANGE PRINCIPAUTE MeVaH YaH se révèle donc particulièrement efficace pour développer en nous un amour empreint de valeurs intellectuelles. Ce n’est plus l’amour martien empreint d’une fougueuse passion mais un amour alliant le cœur à la raison. L’amour est aveugle, déclare-t-on bien souvent à juste titre. En effet, combien d’êtres humains sous le feu du désir amoureux se sont laissé piéger dans  les rets un infernal sortilège.

De même, cette principauté nous protège de ce genre d’expérience, tout en évitant cependant que la froide raison de prédomine sur le cœur. Il nous aide à lutter également contre toutes tendances à exprimer de faux sentiments en vue de mieux tromper les autres et ainsi de mieux les exploiter. Si nous sommes enclins à l’hypocrisie et au mensonge dans notre relation amoureuse, où trouveront auprès de MeVaH YaH une aide précieuse pour réformer un tel comportement.

La rose que la tradition rattache à MeVaH YaH est le chakra laryngé. Pleinement éveillé, ce centre permet à l’énergie l’amour, au verbe dont l’apôtre Jean fait mention dans le prologue de son évangile, de s’exprimer, de prendre forme, de véritablement s’incarner en notre monde terrestre.  « seigneur, elle joue sur ma prière et que mon cri s’élève jusqu’à vous », quels sont les premiers mots du psaume 101 associée à ce chakra. Cette puissante formule de pouvoir incite l’être humain à sublimer sa parole et l’élever toujours plus sur le plan vibratoire, afin qu’elle puisse parvenir jusqu’au trône du père et devenir ainsi créatrice.

Ce travail sur le chakra laryngé a toujours revêtu une très grande importance dans les diverses écoles initiatiques où une attention toute particulière est accordée à la manière de parler et de s’exprimer. Annie Besant, dans son ouvrage La lumière sur le sentier, affirme avec juste raison : « avant que la voix puisse parler en présence des maîtres, elle doit avoir perdu le pouvoir de blesser. »
. Il est essentiel en effet que la voix exprime non pas de la médiocrité de la personnalité, mais ce qu’il y a de plus sublime, à savoir cet éternel qui n’est autre que l’amour. Le verbe, ainsi devenu témoin de la pure lumière de l’esprit, illumine et éveillent l’amour véritable chez celui qui l’écoute.

Ainsi, MeVaH YaH nous assiste quand  nous désirons apprendre à nous exprimer en utilisant convenablement et à bon escient la puissance du verbe. Elle nous enseigne en outre à mieux exprimer les sentiments, c’est-à-dire à savoir communiquer avec les autres de manière à établir une juste relation d’échange. Notons que ce ne sont pas tant les mots que la façon de les dire qui importe ici. Déjà dans l’ancien testament, Dieu lui-même déclare :  « tu ne prononceras pas le nom de Yahweh ton Dieu à faux, car Yahweh ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux. ». De même l’Eglise catholique interdit formellement à ses fidèles sous peine de péché mortel, de blasphémer, c’est-à-dire d’utiliser des mots se référant aux réalités divines pour exprimer une intention ou un sentiment négatif.

L’influence de MeVaH YaH illustré par un conte.

       Pour illustrer l’influence de MeVaH YaH sur la conscience humaine, nous avons choisi l’histoire de Lycius que nous rapporte la mythologie grecque. En effet, cette histoire illustre bien cette capacité à allier harmonieusement les sentiments à la raison que la Principauté MeVaH YaH éveille et développe en l’homme. Ainsi, cette histoire rapporte qu’un homme du nom de Lycius vivait près de Corinthe, vivait. Il tomba un jour éperdument amoureux d’une jeune femme à la beauté éblouissante.

       Elle parut éprouver pour lui la même passion et ils devinrent très vite amants. Le jour de leurs noces, alors que les festivités battaient leur plein, la jeune épouse pâlit soudain sous les regards inquisiteurs et sévères d’un vieil homme plein de bonté qui avait élevé Lycius avec affection et sagesse. Prise de tremblements nerveux, la jeune fille dut s’allonger et sa respiration se fit sifflante.

       Lycius inquiet se tourna vers le vieux philosophe qui lui déclara alors : « Je ne veux pas que tu deviennes la proie d’un serpent. Tu serais mort dans les anneaux de cette créature. ». Un hurlement déchirant terrifia alors l’assistance: la jeune femme se tordit violemment et se métamorphosa en un énorme serpent, lequel disparut rapidement. Le vieil homme sauva ainsi Lycius d’une mort certaine.

       Dans cette histoire, Lycius symbolise l’aspirant qui, sous l’impulsion de l’amour, devient l’amant d’une jeune femme à la beauté éblouissante. Lorsque cet amour se concrétise toutefois par un engagement ferme (la noce) un vieux philosophe (symbolisant la raison) permet à Lycius de découvrir la vérité et l’objet de son amour apparaît dès lors comme un serpent (symbolisant la passion mensongère, vile et sans profondeur).

Ce que nous devons transcender,

Vis-à-vis de nous-mêmes.

Nous sommes conduits à donner libre cours aux multiples dimensions que peut ressentir notre désir. Nous serons ainsi enclin à développer un comportement souple, curieux et ouvert particulièrement sensible à tout ce qui peut, d’une manière ou d’une autre, susciter en nous un élan d’ouverture et d’expérimentation.  

Par ailleurs, nous devons également nous protéger contre toute difficulté à canaliser notre désir de manière durable et conséquemment constructive, étant enclin à nous éparpiller, notre désir changeant constamment au gré des sollicitations du moment.

Dans notre relation

Nous devons établir un rapport d’échange avec l’autre tout en suscitant en nous un sentiment que cet échange n’aura pas de fin. Nous sommes invités à nous placer dans une attitude de parfaite disponibilité, étant toujours prêts à nous arracher à une situation donnée pour mieux rejoindre l’autre là où il nous appelle.

De même, nous devons proscrire toute tendance à  développer une versatilité et une superficialité excessives au niveau de nos relations affectives et sentimentales. Cette irrésolution nous amenant à multiplier nos relations avec les autres sans nous engager véritablement. Nous devons lutter contre notre nature volage, propre au libertinage et aux aventures sans lendemain.

Spirituellement,

Nous sommes invités à prendre conscience que notre désir d’avancer vers la Déité pour la rejoindre et communier à sa réalité ne sera jamais pleinement satisfait, l’Être des être étant infini. En effet, toute connaissance humaine étant limité, on peut, sans illusion, l’identifier à ce qu’on en saisit… il est toujours au-delà. Nous sommes amenés ainsi à prendre conscience que sa plénitude réside dans cette tension constante d’un désir jamais assouvie, c’est l’épectase.

De même, nous devons bannir toute inclination qui risque de nous amener à ne pas savoir durablement maintenir notre désir d’être en rapport de médiation avec notre Être profond en considérant de manière excessive que celui-ci est toujours au-delà de tout être, finissant par le réduire à une réalité purement abstraite et le perdant de vue.

LA SODALITE  EST LA PIERRE DE L’ANGE HeQaM YaH et MeVaH YaH
Sodalite

De couleur INDIGO – elle est associée :

  • Au plexus Frontal – Le 3ème Œil – Ajna Chakra.
  • Au plexus Laryngé – Le Chakra de la Gorge – Vishuddha Chakra.
L’AROMATE DE L’ANGE MeVaH YaH

     D’un point de vue technique, notons en outre que la composition de l’aromate utilisé pour l’exercice d’harmonisation varie selon la Principauté choisie. La composition est déterminée par les correspondances astrologiques et se résume ainsi pour l’ange MéVaH Yah : 1/3 de santal, 2/3 de mastic.

1 – Les proportions sont établies au volume et non au poids.

PRIERE A LA PRINCIPAUTE MéVaH YaH

Divin MéVaH YaH,

Qui servez l’Eternel,

Trônant à jamais, d’âge en âge,

Apprenez-moi à développer une nature affective

Où les sentiments sont harmonieusement alliés à la raison.

Je saurai alors plaire et séduire

En usant du charme de mes connaissances.

O puissant MéVaH YaH,

Recouvrez-moi également du voile de la Vierge

Me permettant ainsi de reconnaître

La suprématie de l’amour

Sur les valeurs d’un ego

Encore trop cristallisé sur lui-même.

Ainsi, avec votre aide,

Ô MéVaH YaH, ma force,

Je saurai exprimer parfaitement

La nature de mes sentiments,

Éveillant ainsi à l’amour

Celui qui m’écoute

Et l’encourageant à demeurer,

D’un cœur ferme, fidèle à cet amour.

Qu’il en soit ainsi ici et maintenant

%d blogueurs aiment cette page :