א Aleph

Catégorie : Alphabet de la Kabbale

Écrit par : Instructeur Gnostique

Aleph א est la première lettre de l’alphabet Kabbalistique, ou mieux, l’Aleph-bet Kabbalistique. Aleph est aussi la première lettre de l’alphabet Arabe, mais elle se prononce Alif.

Avec cette lettre, nous écrivons de nombreux noms, tels que אלוהים Elohim, qui est précisément le mot Hébreu pour Dieux et Déesses. Le mot Hébreu pour Dieu est «El», écrit avec א Aleph et Lamed. Le mot Elohim est un mot pluriel qui signifie Dieux et Déesses. D’autres mots écrits avec א Aleph sont Elah, אדם Adam et de nombreux mots liés à Aleph qui désignent la divinité. La plupart des noms d’anges se terminent par אל «El» (Aleph Lamed), comme Samael, Zachariel, Orifiel, etc.

Le mot אלף Aleph est écrit Aleph א, Lamed ל et ף . (ף ou פ est associé aux lettres Latines P et F. C’est pourquoi nous pouvons écrire Aleph avec un F ou un PH à la fin car la lettre de l’alphabet Hébreu peut être l’une ou l’autre). Il est nécessaire d’expliquer ces trois lettres, Aleph, Lamed et car la lettre א Aleph est associée à l’air, au vent. La lettre א Aleph a la valeur numérique 1, puisqu’il s’agit de la première lettre. La lettre ל Lamed (qui se trouve exactement au milieu de l’alphabet) a la valeur 30. La lettre ף ou פ Pé a la valeur 80. Donc, si vous faites l’addition de 80 + 30 + 1, vous avez 111. En d’autres termes, le résultat est trois (trois unités), ou mieux, trois Alephs en un.

Le Souffle Sacré

La lettre א Aleph symbolise le vent, l’air. א Aleph est associé à la Sephirah Kether. Sur l’Arbre de Vie, la première Sephirah est Kether. Kether est la synthèse de trois, mieux dit, la synthèse de 111. C’est un, un, un ; cent onze.

Ces trois uns sont associés aux trois Sephiroth du premier triangle : Kether, Chokmah, Binah; un, un, un. Chacun d’eux est un avec les deux autres ; c’est pourquoi on les appelle la Sainte Trois-Unité ou la Sainte Trinité. C’est pourquoi la forme de la lettre א Aleph a trois י Yods. Quelle est la lettre י Yod? La lettre Yod est juste un point, une tache. Lorsque vous dessinez une lettre, le premier trait est la lettre י Yod, qui est juste un point. C’est pourquoi il est indiqué que toutes les lettres émergent de Yod, de ce point. C’est pourquoi ce point (י Yod) est associé à Kether.

La lettre י Yod représente Kether, le י Yod du saint nom יהוה Yod-Hé-Vav-Hé du premier triangle.

Par conséquent, puisque Kether, Chokmah et Binah sont la Sainte Trinité, le Saint ou trois en un, la lettre א Aleph est composée de trois traits. Il y a un י Yod à la droite de la lettre, puis une ligne transversale verticale qui est un autre י Yod mais allongé, qui est une lettre ו Vav; puis, sous cette ligne transversale verticale, vous trouverez un autre י Yod, le troisième trait de la lettre.

Chaque fois que nous respirons, nous mettons dans nos poumons les trois forces primaires, ce que Samaël Aun Weor a appelé les trois forces du souffle Akashique: les forces positive, négative et neutre du souffle Akashique.

Si vous déplacez la lettre afin de rendre la ligne transversale verticale, vous pouvez voir par vous-même la forme de votre gorge et de vos deux poumons. Imaginez que l’air que vous respirez entre par vos narines, passe par la trachée et pénètre dans vos poumons ; c’est ainsi qu’on vit. C’est ainsi qu’on respire. Ainsi, imaginons que la trachée allant du nez aux poumons est la lettre ו Vav (le י Yod qui est étiré, formant une ligne verticale) et que les deux י Yod à droite et à gauche sont les deux poumons. C’est pourquoi cette merveilleuse lettre est associée à la respiration, à l’air.

«Un mouvement de circulation Akashique s’établit à partir de Sushumna, Ida et Pingala, qui traverse tout le corps….
 Le souffle Akashique pénètre dans nos cavités nasales et descend dans notre cordon brahmanique.» – Samael Aun Weor, Rose Ignée

C’est ainsi que nous voyons dans le souffle la sainte tri-unité représentée dans la lettre א Aleph, dans l’air que nous respirons. Rappelez-vous qu’il est écrit:

  

 «Dieu… insuffla dans ses narines le souffle de vie; et Adam est devenu une âme vivante.» – Genèse 2: 7

Le souffle de vie est associé à la lettre א Aleph. Aleph représente l’air.

Dans le Popol Vuh (la Bible Maya), le nom Maya Huracan est associé à l’air. Huracan est la racine du mot «ouragan». En langue Maya, Huracan signifie «une jambe», une jambe tendue. Huracan Kakulha est la façon dont ils le disent en Maya.

Huracan Kakulha est Kether, le vent qui touche le ciel et la terre. Ou, nous pouvons dire que cela touche les eaux du ciel et de la terre, car la lettre Aleph symbolise également les eaux supérieures et inférieures qui ne sont pas encore séparées. Rappelez-vous, le deuxième jour de la Genèse, Dieu, l’Elohim, sépare les eaux supérieures des eaux inférieures afin de créer le firmament au milieu. La lettre Aleph symbolise ces eaux et le firmament ; c’est-à-dire les eaux supérieures et inférieures pas encore séparées. Dans la Bible Maya, ces eaux et le firmament sont représentés par le Huracan Kakulha, l’éclair qui flamboie depuis les eaux du ciel aux eaux de la terre. Lorsque vous voyez un ouragan dans l’océan, vous constatez qu’il touche les eaux de l’océan et les eaux du ciel, appelées en Hébreu Mayim et Schamayim respectivement.

La Bible Maya dit également que cet ouragan Kakulha est trois. Ils les appellent Chipí Kakulha (le Fils) et Raxa Kakulha (le Saint-Esprit). Huracan Kakulha symbolise l’Ancien des Jours, le grand vent, le Huracan qui est le commencement de tout.
Dans le Christianisme, les trois forces sont appelées Père, Fils et Saint-Esprit, qui représentent les trois forces primaires Kether, Chokmah et Binah. Ce ne sont pas des personnes mais des forces, des énergies liées au vent spirituel.

Ces trois Dieux Mayas sont liés au vent, la lettre א Aleph:

  • Huracan Kakulha, le vent éclair qui souffle sur les eaux du ciel et de la terre
  • Chipi Kakulha, l’éclair qui passe d’un nuage à l’autre
  • Raxa Kakulha, l’éclair qui frappe la terre.

C’est ce que vous voyez quand vous voyez un ouragan, les trois forces en une.

  

 «Le Grand Vent est la terrible loi de l’Ancien des Jours. «Vox Populi Vox Dei.» Une révolte sociale contemplée depuis le monde de l’Ancien des Jours est une loi en action. Chaque personne, la multitude entière ressemble à des feuilles détachées des arbres, lancées par le vent terrible de l’Ancien des Jours.» – Samael Aun Weor, Tarot et Kabbale

Vous pouvez voir ici l’association de ces déclarations Kabbalistiques de la Bible Maya – qui est très, très Kabbalistique – avec les déclarations de la Kabale Gnostique dans lesquelles Samaël Aun Weor déclare que Kether est le grand vent, l’air lui-même, représenté dans la lettre Aleph.

Lorsque vous examinez différentes religions, vous constatez que ces trois forces primaires sont nommées dans des langues différentes. Par exemple, dans le panthéon Aztèque, nous trouvons que le Dieu du vent est Ehekatl. Samaël Aun Weor a expliqué dans le livre Les Mystères Majeurs que la résurrection du Maître Jésus était associée à l’ange Ehekatl, le Dieu du vent. Lorsque cet ange Ehekatl est associé à la création, les Aztèques le nomment Ehekatl Quetzalcoatl, qui est le deuxième aspect de cette trinité dans le panthéon Aztèque. Le troisième aspect est Tlaloc, également appelé Tlaloc Quetzalcoatl. Les trois ensemble sont Ehekatl et sont associés au vent.

Dans le panthéon Hindou, la sainte trinité est Brahma, Vishnu, Shiva.

Dans l’Edda Nordique, ces trois forces primaires sont présentes. Le premier s’appelle Odin et prend ses racines dans Otin ou Othila. De la rune Othila vient le nom Attila, qui ressemblait à un ouragan à son époque, détruisant de nombreux pays et villes. Odin (également appelé Wotan) a deux enfants : Balder et Thor. Thor est le Dieu du tonnerre. Odin est le père du tonnerre et Odin symbolise le vent avec son fils Balder.
Dans l’Égypte antique des Pharaons, les trois forces réunies s’appellent Osiris Ra.

Ces trinités sont très significatives car lorsque vous étudiez la Kabbale Gnostique, vous découvrez que ces trois forces primaires de l’univers représentées par l’ouragan, par le vent de Kether, se sont exprimées sous différents noms, sous différentes formes et dans différentes religions. C’est ainsi que vous trouvez l’association de la lettre Aleph avec le vent de l’esprit.

Aleph se prononce «ah», qui est la première lettre de tous les alphabets. «A» en Espagnol, ah. Alif en Arabe. Ah est le premier son qu’un enfant émet après sa naissance. C’est vraiment comme un cri parce que l’enfant inspire l’air et après il pleure. C’est le premier son de l’enfant: le son du vent, la lettre Aleph.

En voyant le symbolisme des trois lettres épelant Aleph, vous en verrez la signification Kabbalistique. Aleph est orthographié אלף Aleph, Lamed, Pé.

La lettre א Aleph en rotation est comme une swastika, comme un ventilateur. Aleph en rotation est le vent, l’ouragan (la tête de Dieu). Quand Aleph tourne, il crée dans l’air un cercle – un seul Yod – qui descend à travers la lettre ל Lamed dans votre tête.

La moitié supérieure de la lettre ל Lamed est appelée «une tour planant dans l’espace». La tâche la plus élevée ou le point le plus haut de la lettre Lamed représente Kether. Ce point émerge de א Aleph, s’étire et trace la ligne dont le nez pointe comme le vent qui descend dans votre tête, qui est formé par la moitié inférieure de la lettre Lamed: une lettre Kaf, qui est presque comme un demi-cercle qui descend un peu vers le bas. Ce demi-cercle est le cerveau, votre tête. ל Lamed est la tour ou le pouvoir de י Yod, la tête de Dieu descendant dans la lettre Vav et dans כ Kaf, votre tête, pour finalement arriver à votre gorge.

Quand vous parlez, vous le faites avec ף ou פ Pé, votre gorge. C’est pourquoi la lettre suivante pour écrire la lettre Aleph est Pé, qui symbolise la bouche. C’est pourquoi Pé פ normal (c’est ainsi que la lettre Pé est écrite au début ou au milieu d’un mot) ou Pé final ף (c’est ainsi que la lettre Pé est écrite à la fin d’un mot) est toujours représentée avec une dent suspendue à la bouche. Cette dent est une autre lettre י Yod (d’Aleph), qui symbolise l’air, le pouvoir de Kether (la Couronne), passant à travers votre gorge, à travers la bouche, comme le son AAHH.
Dans la forme des trois lettres qui orthographient Aleph, vous pouvez voir comment la force du vent se manifeste dans votre tête, dans votre gorge, afin de prononcer Aleph. Le vent, l’air, sort à travers le son de la lettre Pé. Tel est le commencement de la parole, le son AAHH. Rappelez-vous qu’il est écrit:

«Au commencement était (Aleph) la Parole, et (Aleph) la Parole était avec Dieu, et (Aleph) la Parole était Dieu.» – Jean 1: 1

La même chose est au commencement avec Dieu à l’intérieur de nos corps. Si vous voulez savoir comment Dieu entre en vous, dans votre corps et comment Dieu s’exprime à travers vous, au commencement était la parole et la parole était avec Dieu.

Là maintenant, par exemple, je vous parle de א Aleph et de ce son (du vent) qui vient d’en haut dans mon כ Kaf, ma tête, dans mon cerveau, dans mon mental et dans mon cœur, qui est abstrait, est prononcé pour vous expliquer à travers ma gorge, à travers mon Pé, autrement dit à travers ma bouche. Mais d’abord, cela vient à travers ל Lamed. Lamed ne peut avoir aucune puissance s’il n’y a pas de א Aleph tournant dessus de lui formant un seul point י – qui est le vent.

En langue Arabe, le nom de la lettre A est prononcé Alif, presque de la même manière que l’Hébreu. Lorsque vous épelez la lettre Alif en Arabe, vous constatez que ses symboles sont différents : la lettre A en Arabe est simplement une ligne droite suivie de la lettre L, qui ressemble à un U Latin. Le nom الله Allah a deux L comme deux U en Latin, qui ensemble ressemblent à un W. N’est-ce pas? Ou la lettre Hébraïque ש Shin. الله Allah a un autre «Alif» à la fin qui est une autre ligne droite ou verticale qui se courbe à la fin.

Voilà comment vous écrivez le nom الله Allah en Arabe. Comme vous le voyez, en Arabe, ce qui ressemble à un W est en réalité deux L Arabes. Au-dessus des lettres épelant Allah se trouve un autre symbole, un cercle avec une ligne horizontale de l’alphabet Arabe, qui est F ou Fah. Fah est la lettre Pé en Hébreu, qui se trouve à la fin d’Aleph ou Alif. Ainsi, lorsque vous voyez ce symbole d’Allah, vous trouvez également la lettre F qui est simplement orthographiée Alif. Les deux alphabets sont enracinés dans la langue Shemite. Et la plupart des autres langues sont également enracinées dans cette langue Shemite. En fait, il est dit que l’alphabet Hébreu et l’alphabet Arabe sont dérivés de l’alphabet Runique.

Nous trouvons également un autre symbole de la lettre Aleph, qui est une ligne verticale traversée par deux lignes diagonales. Cet Aleph est un hiéroglyphe des temps anciens.

Il y a un autre mot qu’il est bon de décrire: El, qui est Dieu en Hébreu, et comme en Arabe, est écrit avec א Aleph et Lamed.

Dans l’alphabet Hébreu, il y a une autre lettre appelée «Ayin», qui sonne également comme Ah. Mais le ע Ayin Ah sonne ici dans la gorge. א Aleph sonne AH-Leph comme vous le voyez, dehors. La lettre ע Ayin sonne dans la gorge, ce qui est difficile à prononcer pour beaucoup. L’Arabe et l’Hébreu ont ces deux sons Ah, le Ah qui va à l’extérieur et le Ah qui reste dans la gorge. Par exemple, vous trouvez ces deux sons Ah dans le nom d’une compagnie aérienne appelée El Al. El Al signifie «le Dieu Élevé». Al écrit avec Ayin signifie élevé. Ceci est très significatif car le mot Allah a aussi deux A et deux L, comme El Al.

Tel que je le comprends, lorsqu’on prononce Allah, les forces d’en haut viennent de la première voyelle «Al» ou Alif au-dessus, puis la deuxième voyelle d’Allah descend et est prononcée dans votre gorge ou Alif en-dessous. C’est pourquoi, dans l’Islam, ils prononcent tout ce qui est écrit dans le Coran en chantant. C’est une belle façon d’indiquer toutes les lois de Dieu en chantant. Quand ils appellent à la prière, ils chantent toutes les sourates du Coran avec leur gorge.

Si vous faites attention à la parole, au son de Ah ou à cette action de la gorge avec les poumons qui prononcent la vérité, nous comprendrons alors mieux ce qui vient d’en haut quand nous disons, en prêchant la sagesse, en enseignant la doctrine de Aaaaa-Uuuu-Mmm et d’autres mantras.

En Inde, les gens accordent une grande attention aux mantras. Le principal mantra en Inde est A-U-M. Ce mantra a la même signification que lorsque vous ouvrez la bouche pour prononcer Allah ou El Al. Le pouvoir de Dieu s’exprime à travers notre gorge en prononçant le son Ah d’El Al, Allah ou Aum.

Le son Ah arrive ici dans votre gorge. C’est pourquoi, dans le Gnosticisme, dans la Kabbale, nous étudions la mystérieuse Sephirah דעת Daath (ד Daleth, ע Ayin, ת Tav) qui se trouve dans la gorge.

Le a dans דעת Daath n’est pas écrit avec א Aleph mais avec Ayin, car Ayin sonne ici dans la gorge. En Hébreu, דעת Daath est connaissance. Mais vous ne pouvez pas développer cette connaissance si la lettre א Aleph, l’ouragan, la force du vent, ne descend pas à travers la lettre Lamed dans votre gorge, qui est le Pé, la bouche.

Imaginez un instant que vous ne pouvez pas respirer. Sans air, vous ne pouvez pas parler et mourrez bientôt. Spirituellement, cet air est Kether, le Père de toutes les Lumières. C’est pourquoi דעת Daath est la mystérieuse Sephirah liée à la création.

Lorsque nous disons que la création se produit dans דעת Daath ici dans la gorge, c’est parce que le son de א Aleph, Ayin ou Ah nous indique ce verset qui dit:

 

«Au commencement était la Parole (Ah), et la Parole (Ah) était avec Dieu, et la Parole (Ah) était Dieu (El Al, Allah, Aum).» – Jean 1: 1

Alif, Aleph, El Al, Allah et Aum; Dieu est la même parole. Toutes les choses ont été faites par lui ou par ce souffle de vie. C’est pourquoi l’évangile de Jean commence par la parole.

Maintenant, nous comprenons pourquoi nous devons prendre soin de ce que nous disons. Lorsque vous mentez, lorsque vous prononcez la parole en vain, vous vous blessez vous-même parce que c’est la force de Dieu que vous exprimez à travers votre bouche. «Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.» Tel est le deuxième commandement. Oui, écoutez bien, le deuxième commandement est «Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain».

Le deuxième commandement n’est pas seulement associé à יהוה Yod-Hé-Vav-Hé, mais également au pouvoir de la parole que nous devons communiquer comme sagesse, comme connaissance aux multitudes. C’est ainsi que nous le saisissons et comprenons le merveilleux symbole de la lettre Aleph.

Le Taureau Sacré

En arrivant à la gorge, astrologiquement, nous trouvons le signe du Taureau. Le Taureau règne dans la gorge. Le signe du Taureau est le signe astrologique du taureau. Aleph, Alif, signifie «taureau, bœuf, bétail, vache». Pouvez-vous voir la relation ici? La vache, le taureau et le bœuf sont associés à la gorge. Taureau le signe zodiacal gouverne Daath, la connaissance.

Il me vient à l’esprit, le taureau sacré Apis de l’Égypte antique, l’époux de la vache divine, et leur enfant, ou Kabir, le veau. En eux, vous trouvez les trois forces. Apis, le grand taureau, est un symbole de la parole. Si vous allez dans le sud des États-Unis, au Texas ou au Colorado, où nous trouvons beaucoup de bétail, les cow-boys savent comment se servir de la gorge pour contrôler toutes ces vaches. En Mongolie, on trouve ces chanteurs à la gorge qui contrôlent le bétail avec leurs chansons.

Nous devons comprendre que le taureau Apis et la vache sacrée vénérée en Inde est un symbole du pouvoir de la gorge, du pouvoir de la parole, dont nous parlons ici. C’est le symbolisme profond du taureau.

En Taureau se trouve la constellation des Pléiades. Les Pléiades appartiennent au signe du Taureau. Les Pléiades sont les étoiles qui forment notre propre constellation. Le Soleil Ors qui brille au-dessus de nous (le centre de notre système solaire) appartient aux étoiles de la constellation des Pléiades, qui sont dans la constellation du Taureau. Voilà notre association astrologique : la vache est le symbole des forces de la Terre que nous devons gérer. Le taureau est le pouvoir de la gorge ; le son d’Alif. Mais, le taureau doit être sacrifié; la vache doit être sacrifiée pour que nous puissions développer notre propre spiritualité particulière.

Néanmoins, le mot sacrifice vient de «sacré» et de «office». Vous voyez, quand vous êtes dans un office, vous officiez. Quand un prêtre officie, il fait un office sacré. Ainsi, le mot sacrifice signifie office sacré, œuvre sacrée, prière que nous devons accomplir dans Daath avec le pouvoir du taureau, de la gorge.

Le taureau Apis a Behemoth comme son opposé. Rappelez-vous le veau d’or que les Israélites adoraient à la place du Kabir, le veau d’Apis, qui est la gloire de la terre ; les Israélites adoraient le veau d’or qui symbolise le pouvoir de Behemoth sur la terre, lié à l’or et à l’intellectualisme, lié aux richesses de la terre au lieu de développer des richesses (gloire) dans le ciel. Maintenant, comme par le passé, nous développons – comme les Israélites – des richesses sur la terre, dans Malkuth.

Cette paire d’opposés est précisément ce que nous devons comprendre lorsque nous entrons dans ces études. Nous n’avons pas besoin de développer des richesses sur la terre, ou plutôt, notre objectif ne devrait pas être de développer des richesses sur la terre, mais dans ciel, comme le dit le maître Jésus :

«N’amassez pas des trésors sur la terre, où la mite et la rouille corrompent, et où les voleurs percent et volent ; mais amassez des trésors dans les cieux, où ni la mite ni la rouille ne corrompent, et où les voleurs ne percent ni ne volent : Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.» – Matthieu 6: 19-21

En entrant dans cette connaissance, Behemoth (notre ego) veut avoir tous ses trésors terrestres ici. Notre ego veut être célèbre ici. Notre ego veut que notre nom soit prononcé par beaucoup, aux quatre vents. Les gens pensent que parce que notre nom est prononcé par beaucoup, nous sommes bons. Nombreux sont ceux qui pensent que pour être un maître, de nombreuses personnes doivent le dire, le confirmer, comme si la maîtrise était une affaire de conversation. Écoutez, celui qui est maître ne se soucie pas de savoir s’il est reconnu, nommé ou non. Il y a beaucoup de maîtres qui ne sont pas reconnus et dont les noms sont inconnus du public. Lisons ce qui suit:

«Apsethus le Libyen était très désireux de se faire Dieu, mais après avoir longtemps échoué dans ses efforts, il voulait, comme meilleure chose à faire, être supposé s’être fait Dieu. Et en fait, il jouit d’une telle réputation pendant un temps considérable. Car les simples Libyens avaient l’habitude de sacrifier à lui comme à une Puissance Divine, persuadés qu’ils obéissaient à une voix sortie du Ciel. Il s’était fait réunir et avait confiné plusieurs perroquets dans la même petite pièce, car les perroquets sont nombreux en Libye et ils imitent distinctement la voix humaine ; et ayant gardé ces oiseaux pendant un certain temps, il leur a appris à dire : «Apsethus est un Dieu». Et quand les oiseaux au cours du temps avaient appris et pouvaient prononcer cette phrase qui, selon lui, le ferait passer pour un Dieu, il a alors ouvert leur lieu de confinement et a permis aux perroquets de s’échapper dans différentes directions. Et tandis que les oiseaux volaient, le son était transporté dans toute la Libye et les mots voyageaient aussi loin que le territoire Grec (Cyrène) ; et ainsi, les Libyens, frappés d’étonnement par la voix des oiseaux et ne se doutant pas du tour que leur a joué Apsethus, le considèrent comme un Dieu. Mais l’un des Grecs ayant clairement détecté le mécanisme de la divinité supposée, n’a pas simplement confondu, au moyen des mêmes perroquets, mais a également détruit ce vain-glorieux et impudent camarade. Ce Grec a mis en cage plusieurs des mêmes perroquets et leur a appris à exercer une contrainte contraire : «Apsethus nous a enfermés et nous a obligés à dire qu’Apsethus est un Dieu». Mais quand les Libyens ont entendu cette rétractation des perroquets, ils se sont tous réunis d’un commun accord et ont brûlé Apsethus vivant.

C’est pourquoi, dans la tradition Gnostique, il est également répété:

    «Saint et béni soit son nom imprononçable.»

Ce nom saint et béni et imprononçable est le nom de votre Être intérieur. Lorsque nous le savons, nous devons le garder en silence, car prononcer ce nom revient à amener les forces de notre Dieu intérieur d’en haut. C’est pourquoi, dans le Gnosticisme, nous affirmons qu’il y a certains mantras très puissants qui ne devraient pas être prononcés en vain. Le premier est le nom de votre Dieu intérieur, particulier et individuel. Il y a d’autres mantras que vous ne devriez pas prononcer en vain. Lorsque vous êtes initié, vous développez un pouvoir dans la gorge, car, comme vous le voyez, la dernière lettre ף Pé de l’Aleph, qui représente la bouche, va droit au sexe. Voilà comment le pouvoir d’Aleph agit dans votre corps.

Lorsque vous effectuez une transmutation sexuelle, vous respirez, inspirez et retenez l’air de Dieu, puis transmutez l’énergie sexuelle et prononcez par la bouche (ף Pé) I.A.O. ou tout autre mantra. Vous comprenez maintenant pourquoi la gorge et le souffle sont associés au pouvoir du sexe, qui est relié à דעת Daath à travers votre gorge.

Le mystère de א Aleph nous enseigne que nous devons faire attention à ce que nous disons lorsque nous connaissons ces mystères.

Metatron et Mithra

Il y a un ange qui contrôle la lettre א Aleph, le souffle de Dieu, le vent et qui est associé à Kether. Il s’appelle Metatron. L’ange Metatron est devant l’autel de Dieu dans le monde d’Atziluth, le monde des archétypes. Tout l’alphabet que nous étudions ici a été apporté par Metatron. Lorsque Metatron avait un corps physique sur la terre, il était le prophète Enoch. Metatron a délivré les 22 lettres et leur signification, ce que nous expliquons ici. Metatron est également associé à un Maître de la Perse : Mithras.

Mithras est ce grand maître qui a développé le Mithraïsme en Perse, qui est maintenant l’Iran. Mithras est symbolisé avec une épée et abattant un taureau. Alors voyez l’association : le taureau est associé à la gorge, et le symbole de Mithras est la coupure de la gorge d’un taureau. Il ne tue pas le taureau misérablement comme les Toreros lorsqu’il tue le taureau dans son dos, poignardant le dos du taureau avec l’épée pour tuer le pauvre animal.

Mithras coupant la gorge du taureau est un symbole lié à la gorge, comme nous l’expliquons ici. Le pouvoir de Dieu est dans דעת Daath. L’épée est un symbole des rayons du soleil. Mithras symbolise les rayons du soleil qui s’élèvent dans la colonne vertébrale à travers la transmutation sexuelle ; cette énergie qui s’élève dans la colonne vertébrale développe l’épée des anges. C’est pourquoi nous l’appelons l’épée flamboyante des anges. Lorsque ce feu, cette épée, sort du coccyx et atteint la gorge, alors se produit «l’abattage du taureau». Le sang qui émerge de la gorge du taureau féconde tous les archétypes que nous avons à l’intérieur et développe la spiritualité. C’est pourquoi, dans le symbole de Mithras tuant le taureau, le sang qui jaillit de sa gorge est léché par un chien. Le chien est un symbole du pouvoir sexuel. Il y a aussi un serpent, un serpent qui lèche le sang. Le serpent est également associé au pouvoir sexuel, dont nous pouvons tirer parti de manière positive ou négative, car le serpent est également associé à Ahriman des Perses. Ahriman est le Shatan ou Satan de la Bible, qui n’est autre que la force sexuelle.

Donc, les mystères de Mithras ou mystères Mithraiques sont quelque chose dans lequel nous devons nous plonger très profondément et étudier afin de comprendre toutes les religions. De nombreuses religions ont émergé de ce mystère Mithraique.

Mithras abattant le Taureau symbolise les forces de la Terre, car le bœuf, le taureau, symbolise notre corps physique. Mithras est la force du père, Metatron, qui devait descendre et nous donner le pouvoir de la parole.

Oui, nous devons développer le pouvoir de la parole de Dieu à l’intérieur de nous. Mais pour cela, nous devons nous sacrifier pour remplir le rôle sacré d’abattage des éléments animaux, du taureau, du Behemoth, de l’ego, que nous portons à l’intérieur, ce qui est précisément le principal point ici. En effet, ce beau mythe de Mithras renferme beaucoup de sagesse.

La Vache Sacrée

Voyez, que même le Coran commence par cette seconde sourate appelée La Vache. AL-BAQARA est la façon dont vous écrivez «la vache » en Arabe, AL-BAQARA. AL-BAQARA est la plus longue sourate du Coran. Les Musulmans fervents chantent la vache, le taureau, le pouvoir de la gorge, qui est le pouvoir de Dieu.

Si vous lisez AL-BAQARA, vous constaterez que la lettre A et la lettre L de «Al» est Alif, bœuf. Maintenant, si vous prenez la syllabe RA de BAQARA – qui signifie vache – vous voyez le mot BAQA. Donc, en prenant la lettre R et A d’Al BAQARA, vous terminez avec Al BAQA (Al Qaba), qui est Qabala à l’envers. C’est pourquoi ils disent que la Kabbale est Al BAQARA, la science de la vache.

En voyant cela, Johann Sebastian Bach me vient à l’esprit. Son nom est écrit Bach mais prononcé Baq. Baqa. Bach est un compositeur qui, pour moi, est génial. Il a écrit tellement de cantates que les gens aiment chanter à Dieu. C’est précisément ce que Bach, Baq, a écrit : beaucoup de belles chansons à Dieu, des centaines et des centaines. Voyez-vous, est-ce ce que nous appelons une coïncidence, que son nom est Bach? La traduction de Bach, Baq, est vache. Johann Sebastian Vache. Parfois, je pense que ce n’est pas une coïncidence. Il s’appelait Bach (Baq) parce qu’il travaillait avec la gorge, ou les octaves de la vache, il utilisait sa terminologie, et enseignait à tout le monde à faire de la belle musique, de belles cantates et des messes que vous pourriez jouer à tout moment, car il a écrit plus d’un millier de travaux. Johann Sebastian Bach est mon compositeur préféré et il est lié à la vache, au Baq-ara.

Les chants, les prières, les mantras utilisent l’énergie du vent dans les poumons. Les deux י Yods de la lettre א Aleph sont les eaux inférieures de la sexualité (Yesod) et les eaux supérieures du ciel (Daath). Lorsque vous chantez, lorsque vous prononcez le mot A ou tout autre mantra, vous unissez vos forces sexuelles avec votre gorge. Cette union se produit à travers la colonne vertébrale, qui est la lettre ו Vav. Voilà le א Aleph : la trachée et les poumons. Ces symboles ne sont-ils pas beaux? Si vous associez la lettre א Aleph à tout ce que nous vous disons, vous comprendrez pourquoi A est la première lettre de tout alphabet.

Dans les versets 67 à 74 d’Al Baqara, le prophète Mahomet a dit:

  

«67. Et rappelez-vous que Moïse avait dit à son peuple : «Allah ordonne de sacrifier une Vache». Ils ont dit : «Tu es la risée de nous?» Il a dit: «(Allah) me sauve d’être un ignorant!»
    68. Ils dirent : «implore de notre part Ton Seigneur de nous expliquer ce que c’est (la Vache)!» Il a dit ; «Il dit : La Vache ne devrait être ni trop vieille ni trop jeune, mais d’âge moyen. Maintenant, faites ce qui vous a été ordonné (sacrifiez une vache)!»

Quiconque lit ceci pourrait penser, que Moïse dit de prendre une vache, un taureau et de le tuer. Mais ces versets sont liés à l’office sacré, qui est le sacrifice que nous devons faire.

La vache représente notre corps physique. Nous devons sacrifier cette vache (corps physique). La Sephirah Malkuth (le corps physique) est toujours féminine (en tant que Sephirah). Malkuth est le corps de la Mère Divine. Le Taureau Apis est dans la gorge. Sacrifier la vache signifie entrer dans les mystères de Daath et sacrifier tous les animaux, le bœuf, que nous avons à l’intérieur, le monstre que nous avons à l’intérieur, et développer avec le sang de la vache les forces sacrées de Dieu. Ce sang est le symbole de la transmutation sexuelle, le feu qui monte dans la moelle épinière. C’est la raison pour laquelle il est écrit «Vache», car le pouvoir du sexe est toujours féminin (Elle).

 «69. Et ils dirent : «Pries-en notre faveur, Ton Seigneur, de nous montrer clairement sa couleur.» Il a dit: «Il dit: Une Vache fauve, pure et riche en ton, l’admiration des spectateurs!»

Cette couleur est la couleur de la Mère Divine Kundalini, la force dorée qui s’élève dans la colonne vertébrale. C’est la Vache d’Or, qu’il ne faut pas confondre avec le veau d’or, car l’or du veau d’or se rapporte aux richesses de la terre.

De nos jours, les gens adorent le veau d’or: argent, richesse, or, intellectualisme, fornication, adultère. Tout cela est le veau d’or. Mais, la vache que Moïse indique dans le Coran est jaune. Cette vache est la Mère Divine, qui est la Shechinah, lorsque vous travaillez avec les forces de la sexualité, avec la chasteté. Alors, vous voyez que la Mère Divine est une énergie, une lumière, qui s’élève dans votre colonne vertébrale avec une couleur jaune. Quand elle atteint la gorge, une couleur violette pourpre brille dans votre gorge lorsqu’elle est unie au taureau Apis.

 

«70. Ils dirent: «Fais en notre faveur que Ton Seigneur nous explique ce qu’elle est: pour nous, toutes les Vaches sont semblables: nous souhaitons vraiment être guidés, si Allah le veut.»
    71. Il dit: «Moïse a dit: Une Vache qui n’est pas entraînée pour labourer le sol ou arroser les champs; saine et sans tache.»

Cette vache, ce pouvoir de création est dans notre sexualité. Mais quand vous ne connaissez pas le mystère de Daath, vous ne savez pas comment cultiver le sol ni arroser vos champs de Yesod avec les pouvoirs de la vache, les pouvoirs de Malkuth ou les pouvoirs de Io, comme le dit la mythologie Grecque.

La Déesse Io a été transformée en vache pour échapper aux persécutions de la femme de Jupiter, Hera, parce que Jupiter était amoureux d’Io. Jupiter a transformé Io en vache, dans l’espoir de lui cacher sa romance de sa femme jalouse. Jupiter a pris la forme d’un nuage et, comme un taureau, l’a étreint pour l’avoir.

«Ils dirent : «Maintenant, tu as apporté la vérité.» Alors, ils l’ont offerte en sacrifice, mais pas avec bonne volonté.»

Cela signifie qu’au début, ils ne comprenaient pas pourquoi Moïse leur avait demandé de sacrifier une vache. C’est le mystère que nous expliquons ici d’Alif, de la vache, du taureau, du bœuf, du travail que nous devons faire avec cette force primaire de notre corps.

 

«72. Et souvenez-vous que vous avez tué un homme (c’est-à-dire lorsque vous forniquez, lorsque vous tuez l’homme à l’intérieur de vous lorsque vous êtes fornicateur) et êtes tombé dans une dispute entre vous quant au crime; mais Allah devait révéler ce que vous avez caché.
    73. Nous avons donc dit : «Frappez-le [corps mort] avec un morceau de [la Vache Sacrifiée].» Ainsi, Allah fait revivre les morts [Cela signifie qu’Allah, le pouvoir de la parole – lorsque nous travaillons avec ces énergies – a le pouvoir de ressusciter les morts] et vous montre ses signes: Peut-être pouvez-vous comprendre.»

Nous tous, animaux intellectuels, taureaux intellectuels, bœufs, à cause de la fornication, sommes morts à l’Esprit. Mais si nous sacrifions la vache, si nous travaillons avec ces mystères de Mithras, alors Allah, Dieu, El, Elohim, Elah, nous ressuscitera. Il a le pouvoir de ressusciter les morts. Nous sommes les morts. Ne pensez pas superficiellement que les morts sont des cadavres et qu’Allah ressuscitera un cadavre. C’est un symbole de nous qui sommes spirituellement morts. Ainsi, Allah donne la vie aux morts et vous montre ses signes pour que vous puissiez comprendre.

«74. Dès lors, vos cœurs se sont endurcis : ils sont devenus comme un rocher et même de plus en plus durs. Car parmi les rochers il y en a qui jaillissent des rivières ; il y en a d’autres qui, quand ils sont fendus, envoient de l’eau ; et d’autres qui coulent de peur d’Allah. Et Allah n’est pas indifférent à ce que vous faites.»

Le sacrifice physique du bétail, des vaches, des taureaux, est un crime horrible. Lorsque les gens ne comprennent pas le sens des Écritures, ils finissent par faire des sacrifices physiques de taureaux ou de vaches. C’est un crime commis par des fanatiques de cette race lunaire.

Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Mahomet et de nombreux autres prophètes adoraient la vache sacrée, comme nous pouvons le prouver à la lecture de la sourate Al Baqara, qui est la deuxième et la plus longue sourate du Coran écrite ou dictée par Mahomet. Si vous lisez attentivement la deuxième sourate du Coran sacré et l’interprétez correctement, vous comprendrez pourquoi Mahomet l’a intitulé Al Baqara.

Al Baqara, la vache, le pouvoir de la gorge, le pouvoir de Dieu, Allah à travers Aleph, Alif, le taureau, le bœuf et la manière dont la sainte trinité s’exprime à travers Alif; même les trois lettres de אלף Aleph sont une trinité.

Quand les gens parlent de la Sainte Trinité, ou des trois forces primaires du premier triangle de l’Arbre de Vie, les gens pensent que nous parlons de trois choses ou personnes différentes. Mais dans cette conférence, nous vous affirmons que Dieu n’a aucune forme. La première expression de la lettre א Aleph est le vent, l’air. Quelle forme a l’air, le vent? Mais en exprimant son potentiel, vous trouvez l’ouragan qui nous montre la force du vent. Mais ce vent n’a pas de forme, comme Dieu n’a pas de forme.

C’est pourquoi il est écrit qu’au commencement, l’esprit de Dieu, le vent א Aleph, planait (et tournait) sur la surface des eaux. Et c’est précisément le symbole de la lettre א Aleph, car le pouvoir de Dieu est symbolisé dans א Aleph avec les eaux supérieures et inférieures séparées par la lettre ו Vav.

%d blogueurs aiment cette page :