LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) SELON LA TRADITION

 

Les Seraphim (Vertus) sont l’incarnation vivante de la Sephirah Geburah (Rigueur– Âme). Or Geburah , nous l’avons vu se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Mars. Aussi, la tradition kabbalistique attribue à LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) au même titre qu’à toutes les autres Seraphim (Vertus) une tonique majeure martienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des Seraphim (Vertus), nous constatons que LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) est également associée à Binah (Intelligence- archétype du grand féminin). Les fonctions célestes de LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) seront donc colorées d’une tonique mineure Saturnienne. Ainsi, la fonction principale du Séraphim LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) : nous engager pour que nous découvrions et défendions notre véritable identité (tonique majeur Martienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeurs Saturniennes.

En raison de sa coloration Saturnienne, le pouvoir de LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) se révèle donc particulièrement efficace pour apprendre à agir avec beaucoup de concentration, de détermination et de persévérance. Capable d’une attente, d’une action intense et soutenue, ainsi illuminés nous remporterons la victoire la ou bien d’autres ont échoué. De même, LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) nous aide à lutter contre toute tendance n’agir qu’en mesurant nous efforts, en rapport avec le résultat escompté. Quand nous avons tendance à nous montrer rudes, cruels, vindicatifs dans notre manière d’agir, nous trouverons également auprès de LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) l’appui et le soutien nécessaire pour réformer tel comportement.

La tradition initiatique nous précise que la cuirasse et l’Armes du chevalier en rapport avec les énergies saturniennes de cette vertu. La cuirasse protège la poitrine qui représente, salon Denis l’Aréopagyte, le siège de l’irascibilité. Il ne s’agit pas ici de l’irascibilité au sens péjoratif du terme, mais bien de l’élan courageux engagé dans la lutte contre le mal. La cuirasse, remparts inexpugnables, permet à notre élan de poursuivre sa course, de diriger, focaliser et concentré tous nos efforts dans le combat contre le dragon.

Si la pulsion mâle de combativité est absolument essentielle à la survie de l’espèce, la démarche initiatique n’en vise pas moins ça réorientation profonde. Cette énergie, dirigée ordinairement vers la satisfaction des instincts égocentrique de la personnalité, et orienter en vue de stimuler l’éveil et le développement de notre divinité intérieure. C’est alors que les œuvres de l’esprit fleurissent au plus profond de notre être lui conférant une profonde compréhension des lois divines, une sincérité et une fidélité sans faille.

Messager des idéaux de la chevalerie traditionnelle, LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) infuses la persévérance dans l’œuvre de transmutation alchimique. Revêtu de la cuirasse, sensible au rayon de LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH), pouvons ainsi mener jusqu’à terme notre combat contre les forces régressive que recèle notre personnalité et qui cherche à obscurcir toute lumière spirituelle. LeHa’H (YaH) (LEHAHIAH) nous conduit ainsi à reconnaître en nous-mêmes nos propres ténèbres et à les transmuter en lumière.

%d blogueurs aiment cette page :