LE MYTHE GREC DU BELIER

Fils du roi d’Iolcos détrôné par son frère Pélias, Jason, devenu adulte, décida de rétablir le règne de son père. Il se mit donc en route vers le palais occupé par son oncle. En chemin, il porta assistance à la déesse Héra qui, ayant pris l’apparence d’une vieille femme, voulait traverser une rivière.

    Arrivé au palais, il se présenta donc devant le souverain usurpateur qui lui promit de lui restituer le royaume contre une toison d’or (la toison d’un bélier merveilleux suspendue à un chêne sacré). Jason accepta et partit à la quête de cette toison, une quête jalonnée de multiples aventures.

    D’un point de vue symbolique, ce mythe illustre de manière admirable les divers défis incarnés, sur un plan initiatique, par le signe du Bélier. Dans le cadre de cette page, il est impossible de les exposer exhaustivement. Toutefois, nous allons simplement présenter les principaux symboles mis en scène dans ce récit. En ce sens, le roi Pélias représente la conscience tournée vers le monde extérieur : c’est l’ego qui usurpe l’autorité de l’esprit (symbolisé par le père de Jason) et qui asservit à son joug la personnalité (évoquée par le royaume). Jason (antithèse du roi Pélias contre lequel il s’élève) incarne, quant à lui, la conscience tournée vers l’esprit, lui-même symbolisé par son père, le roi légitime d’Iolcos. Dès lors, en souhaitant restituer le royaume à son père, Jason incarne une volonté de s’affranchir du cercle clos de l’ego (de son oncle usurpateur) pour se mettre en communion avec les réalités de l’esprit.   

Or, parti à la rencontre de Pélias, il vécut, dès le départ, une aventure particulièrement significative. En effet, bien qu’il ait été impatient d’arriver au palais, il s’arrêta sur la route pour aider une vieille femme à franchir une rivière. Sur un plan symbolique, le fait de franchir cette rivière évoque le passage d’un état à un autre. En aidant cette femme qui n’exerçait sur lui aucun attrait puisqu’elle était vieille et laide, il fit donc preuve d’une merveilleuse aptitude à canaliser sa force désir, agissant de manière parfaitement désintéressée. Plus encore, grâce à cet acte, il eut la surprise de voir cette vieille femme se métamorphoser en une belle déesse, l’épouse de Zeus. Ainsi, cet acte gratuit entraîna une véritable alchimie de sa personnalité (représentée par la vieille femme), celle-ci se plaçant dorénavant au service de l’esprit en s’y unissant de manière privilégiée (ce qu’évoque Héra en tant qu’épouse de Zeus, ce dernier étant l’emblème de l’esprit). En ce sens, Jason sut, dès le début de cette aventure, s’affranchir du cercle clos de l’ego en s’ouvrant aux réalités de l’esprit.

    Ceci sera d’ailleurs essentiel pour la suite du récit car la quête de la toison d’or était une entreprise surhumaine. En effet, Jason n’aurait jamais pu atteindre son objectif sans le support d’Héra. Nous percevons donc clairement dans cet épisode le rôle fondamental exercé par l’autre dans une démarche initiatique, celui-ci permettant en effet une ouverture à l’amour. Or l’amour est la seule puissance divine (surhumaine) qui puisse assurer à l’aspirant un accès aux mondes intérieurs.

    Enfin, la toison que Jason devait trouver et rapporter à Pélias, était en or (incarnant l’état ultime de la matière). Ceci nous révèle donc qu’elle incarnait l’énergie du Bélier sous sa forme sublimée. En d’autres termes, cette toison était un symbole de la nouvelle réalité vers laquelle il devait se diriger en répondant à l’enjeu initiatique du Bélier. Or nous savons que cette réalité correspond à l’expression de son essence divine. A ce titre, la toison fut retrouvée suspendue à un chêne, un arbre sacré incarnant un archétype solaire. En partant à la quête de la toison d’or, c’est donc à la découverte de sa propre divinité intérieure que Jason s’engagea.

%d blogueurs aiment cette page :