LA DIMENSION PSYCHOLOGIQUE DU TAUREAU

Sur un plan psychologique, le signe du Taureau nous invite à poursuivre l’élan amorcé sous le signe du Bélier afin de le mener jusqu’à son terme. A ce titre, les énergies du Taureau éveillent un bon sens de la concrétisation, une remarquable efficacité et un esprit pratique souvent très important. Sachant apprécier et jouir des biens terrestres, nous sommes également bien souvent de bons vivants, des épicuriens placides, sensuels et de bonne nature, doués d’un sens inné de la beauté (celle-ci n’étant toutefois pleinement appréciée que dans notre relation direct avec la matière).

    Par ailleurs, ce signe favorise le développement de la patience et de l’endurance nous permettant , confrontés à un obstacle menaçant la poursuite de notre but, de ne jamais nous avouer vaincus, usant, au contraire, d’une constance et d’une détermination inébranlables pour vaincre l’adversité et atteindre malgré tout notre objectif. En ce sens, cette persévérance s’exprime également sous la forme d’une capacité à demeurer fidèle à nos promesses et à nos choix.

    Ainsi, l’engagement est nécessairement à long terme et les valeurs auxquelles nous adhérons ne seront pas transformées demain. C’est pourquoi les astrologues affirment que le signe du Taureau incite à s’attacher aux dogmes et aux opinions qui font autorité en faisant ainsi preuve d’un certain traditionalisme.

    Enfin, le signe du Taureau suscite un besoin impérieux de chaleur et d’attention nécessaire à l’épanouissement. Aussi, la famille constitue toujours un lieu privilégié où nous puisons la force d’amour nécessaire à notre survie et à notre développement.

Lorsque le signe du Taureau est maléficié, il favorise alors le développement d’une incapacité à canaliser convenablement l’élan de concrétisation qu’il incarne. En ce sens, il suscite un besoin exagéré d’acquérir et de posséder. Il en résulte généralement beaucoup de convoitise et de cupidité vis-à-vis des ressources terrestres que nous nous accaparons en faisant fi de toutes considérations morales ou légales. En fait, devenus avides, nous ne cessons de nous approprier les choses qui nous entourent. Ce comportement purement matérialiste peut même se traduire par un besoin effréné de consommer et de jouir des biens terrestres en asservissant ceux-ci à nos besoins purement égocentriques (idolâtrie entretenue envers des réalités purement extérieures).

    En outre, ce signe maléficié confère une obstination et un entêtement aveugles nous amenant à manquer de souplesse et à nous cristalliser volontiers sur ses acquis. Il en résulte bien souvent une tendance à sombrer dans la routine (comportement lent, répétitif et passif) et à nous enfermer dans des habitudes contraignantes qui ne sont plus adaptées aux circonstances du moment. Ceci peut finalement entraîner l’apparition de difficultés d’assimilation et d’adaptation se traduisant par une attitude rigide, dogmatique, intransigeante et étroite. Enfin, le signe du Taureau maléficié peut nous conduire à vouloir nous accaparer le milieu dans lequel nous évoluons. En ce cas, nous ne concevons plus que l’autre puisse s’éloigner de nous (étant enclin à penser qu’il se détourne de nous). Il peut alors en résulter une importante jalousie générant d’importants conflits avec l’entourage immédiat.

%d blogueurs aiment cette page :