L’ Ange trône MeLaH EL

Né(e) entre le 13 et le 17 juillet

L’ange trône MeLaH

Est votre ange gardien.

Ce talisman fabriqué sous l’influence de ce MeLaH EL accroît les effets des plantes médicinales.

MeLaH EL nous accordent la facilité de jouer sur les mots. Cette énergie facilitera l’écriture, de même le décryptage des paroles au-delà des mots. Lorsque nous parlons nous savons ce que nous disons, ce que nous entendons, et ce que nous pensons grâce à MeLaH EL nous percevons les 3 niveaux. Il nous permet de résoudre toute sorte de problèmes de santé ou autre par simple écoute à plusieurs niveaux. Sa orière développe cette disposition. Nés sous l’affluence de MeLaH EL nous sommes d’un naturel hardi, et capable d’entreprendre des expérimentations extrêmement périlleuses ; nous nous distinguerons par des actions honorables.

Analyse de L’ Ange trône MeLaH EL

Les Trônes sont l’incarnation vivante de la Sephirah Binah (intelligence). Or Binah , nous l’avons vu se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Saturne. Aussi, la tradition kabbalistique attribue aux Trônes MeLaH EL au même titre cas tous les Trônes une tonique majeure saturnienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des Trônes, nous constatons que MeLaH EL est également associée à Hod (gloire). Alors les fonctions célestes de MeLaH EL seront donc coloré lune tonique mineurs mercurienne. Ainsi, la fonction principale de MeLaH EL  : faire comprendre et accepter à l’être humain les épreuves jalonnant notre existence terrestre (tonique majeur saturnienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeur mercurienne.

En raison de sa coloration mercurienne , le pouvoir de MeLaH EL se révèle particulièrement efficace pour développer en nous un mental grandement structuré doué d’un remarquable sens du discernement et sachant faire preuve d’une parfaite objectivité, les idées exprimées étant toujours parfaitement claires, précises et concises. De même, ce Trône lutte contre toute tendance à exercer une logique froide et implacable, exempte de toute sensibilité et de toute émotion. MeLaH EL se révèle alors une aide précieuse pour lutter contre une telle attitude.

Confrontés à l’épreuve, sous l’influence bénéfique de MeLaH EL nous apprenons à développer la Vertu d’Espérance conformément aux recommandations de l’apôtre Saint Paul dans son épître aux romains : « soyez joyeux dans l’espérance » – Romain XII, 12. Il faut entendre par Vertu d’Espérance cette faculté d’orienter notre conscience vers un idéal qui motive toutes nos actions. Ainsi, il apparaît que cette vertu étroitement liée à celle de la foi, laquelle donne en effet à  l’espérance l’objet et le motif sur lesquels elle prend appui. L’application de cette vertu dans notre quotidien fait appel à plusieurs facultés dont notamment la patience.

Les enseignements traditionnels nous précisent que cette vertu stimulée par le rayonnement de MeLaH EL s’enracine plus parfaitement au cœur de notre personnalité grâce à notre profession du vœu de chasteté. Le vœu de chasteté, nous préservant d’une union adultère avec ce monde terrestre, ouvre et sensibilise peu à peu notre conscience aux réalités célestes, nous permettons ainsi de cultiver une juste espérance.

En regarde aux impulsions mercurienne yens associées au trône MeLaH EL, il n’est guère étonnant que la tradition reconnaisse à ce trône le pouvoir de nous guider vers une plus intime communion avec Dieu. Travaux du peuple Celte sont particulièrement intéressants à ce titre. Les Celtes avaient reçu des révélations importantes concernant la nature des courants énergétiques terrestres (les courants telluriques) mais également sur la manière dont les rayons célestes (principalement en provenance du Soleil et de la Voie lactée) se conjuguent aux forces planétaires. C’est ce qu’attestent toujours de mystérieux mégalithes : des pierres levées ou menhir et des pierres couchées où Dolmen. Les druides initiés n’avaient en effet qu’un seul but : rendre un culte à Dieu à travers une harmonisation de la nature pour finalement vivre un rite nuptial,  c’est-à-dire un mariage mystique entre le Soleil et la Terre : une union entre l’esprit et le corps. MeLaH EL favorise ce mariage mystique avec la nature en conférant l’illumination et la subtilité mentale nécessaire pour comprendre cet ultime et lumineux destin.

Plus particulièrement, MeLaH EL gouverne l’eau et devient en ce sens l’intelligence tutélaire de l’agriculture. C’est pourquoi Lenain lui attribuent le pouvoir de combattre les inondations et les sécheresses et de protéger les récoltes. Ainsi les Spagiristes initiés travaillent en harmonie avec MeLaH EL pour la culture et la cueillette des plantes médicinales garantissant ainsi une meilleure qualité de leurs propriétés actives.

Enfin, sachant que les Trônes sont directement associés aux épreuves de la vie ont leur qualité d’instructeurs, l’influence de MeLaH EL nous permet plus spécifiquement de mieux comprendre le sens à donner aux événements principalement  caractérisé par la critique injuste et l’antipathie de la part des autres. Confrontés à de telles épreuves, ceux qui adoptent l’envie, l’amertume, la méfiance et développent une prédisposition aux troubles nerveux et mentaux, pourront solliciter l’appui de MeLaH EL. Ce trône nous permet d’acquérir la clarté mentale nécessaire pour mieux assumer la situation dans un esprit de sérénité et de paix.

L’influence de    MeLaH EL   illustrée par un conte

Pour illustrer l’influence de MeLaH EL sur la conscience humaine nous avons choisi un extrait du récit de l’Odyssée dans lequel Pénélope incarne bien la vertu qu’éveille ce trône en nous. Depuis qu’Ulysse s’est embarqué pour Troie, personne ne l’avait plus revu. Chacun tenait sa mort pour acquise, sauf Penelope, son épouse, et Télémaque, son fils,  qui conservaient toujours secrètement l’espoir. Pour faire face à nombre de prétendants qui l’a considéraient désormais comme veuve, Pénélope leur avait déclaré qu’elle ne pouvait songer à se marier avant d’avoir achevé un beau suaire destiné à Ulysse, lorsqu’il viendrait à mourir. Pour prolonger son travail, car elle espérait toujours le retour de son époux, Pénélope défaisait la nuit ce qu’elle avait fait le jour.

Pendant tout le temps que dura son ouvrage, elle dû repousser avec patience les tentatives toujours plus audacieuses de ses prétendants qui s’avéraient être des hommes vils, rudes et arrogants. Ils passaient leur journée dans la demeure même de Pénélope, dévorant les provisions d’Ulysse, buvant son vin et brûlant son bois. Ils avaient déclaré à Pénélope qu’ils ne quitteraient les lieux que lorsqu’elle serait décidée à épouser l’un d’entre eux. Mais l’espérance de revoir un jour Ulysse donnait force et courage à Pénélope pour résister aux affronts parfois difficilement tolérable de ces rustres personnages.

Porté par l’espérance, Pénélope symbolise ici la personnalité humaine qui, jour après jour, lutte contre les limitations perverses de ce monde (les prétendants) en attendant le retour de l’esprit (Ulysse). Notons elle tisse pour cela un Suaire. Sur un plan symbolique, ce Suaire représente la somme de fatigue que Pénélope a accumulée pour vaincre les assauts de ses prétendants.  Aussi pour économiser ses efforts et récupérer quelque peu ses énergies, Pénélope défait-elle la nuit l’ouvrage qu’elle a  fait le jour. Ceci n’est pas sans évoquer l’activité nocturne de l’homme. En effet, celui-ci, lors de son sommeil, passe sur les plans subtils il travaille une partie de la nuit à enlever la fatigue accumulée durant le jour.

Ce que nous devons transcender,

Vis-à-vis de nous-mêmes,

Nous sommes amenés à  assumer la place que nous occupons au sein de notre milieu en sachant nous établir dans un juste rapport d’échange et de médiation avec nous, faisant de notre parole un outil privilégié par lequel nous pouvons prendre conscience de nous-mêmes, de nos limites existentielles, à travers le choix des mots que nous utilisons pour nous dire.

Par ailleurs nous devons nous protéger contre tout penchant à enfermer les réalités qui nous entourent dans des concepts vides et stériles qui n’expriment qu’une faible partie de ce qu’elles incarnent et ne traduisant pas leur dimension vivante et profonde.

Dans notre relation,

Nous sommes conduits à assumer nos limites dans notre rapport avec autrui en faisant de notre parole un outil de médiation fécond, nos mots incarnant de manière juste l’essence profonde de notre réalité, la restituant ainsi à sa juste place vis-à-vis de l’autre.

En ce sens, nous devons combattre toute forme de  mensonges ainsi que de paroles vides de sens qui enferment et aliènent, dissimulant la nature de nos pensées et de nos sentiments véritables, contribuant du même coup à nous enfermer dans le cadre de nos propres limites, en raison d’une impossibilité de communication.

Spirituellement,

Nous sommes invités à accepter pleinement notre condition existentielle en sachant faire de notre parole une parole juste, employant les mots qui permettent aux réalités de l’Esprit, celles de l’Amour, et à celles de notre moi véritable de nous dire dans la reconnaissance et l’affirmation de leurs spécificités.

Nous devons lutter également contre toute inclination à dénaturer les réalités spirituelles en les traduisant sous forme de mots qui, inaptes à exprimer toute leur profondeur, risquent de les déformer. En effet, les mots seraient alors des mots qui tuent plutôt qu’une parole qui vivifie.

La Calcédoine  est la pierre de l’Ange Trône   MeLaH EL

La Calcédoine

En savoir plus sur la Calcédoine .

PRIERE AU TRÔNE MeLaH EL

Divin MeLaH EL ,

qui louez Celui qui délivre des maux,

apprenez-moi à acquérir, face aux épreuves,

un esprit sagace et perspicace.

Développez également en moi

l’objectivité, la patience, la subtilité,

et la clarté mentale nécessaires

pour mieux affronter l’adversité,

pénétrant ainsi son astuce et détournant sa malignité.

O puissant MeLaH EL ,

préservez-moi, au plus profond de ma détresse,

du piège consistant à rechercher

dans une logique froide et implacable,

exempte de toute sensibilité et de toute émotion,

la solution à mes problèmes et à mes difficultés.

Eveillez donc en moi la vertu d’espérance,

afin que je puisse orienter ma conscience

vers un idéal qui puisse motiver chacune de mes actions.

Gardez-moi enfin,

ô MeLaH EL , ma force,

au départ, au retour, dès lors et à jamais.

Mettant en Dieu mon espérance,

que ma conscience s’ouvre aux réalités célestes

pour que je crois en la lumière

et que je devienne fils de lumière,

accomplissant ainsi mon véritable destin.

Amen

%d blogueurs aiment cette page :