KEVAQ(YaH) KHAVAQUIAH – NOTRE ALCHIMIE INTERIEURE

KEVAQ(YaH) KHAVAQUIAH SUR LES TROIS PLANS DE L’ÊTRE


KEVAQ(YaH) KHAVAQUIAH nous conduit à combattre toute tendance à considérer les grâces (les ressources) que Dieu nous prodigue comme un dû. Il nous amène, au contraire, à taire toute revendication en ce sens pour nous placer dans une attitude de réceptivité, attendant, avec confiance et foi, les ressources que l’Éternel voudra bien nous donner.

De même, KEVAQ(YaH) nous protège de toute tendance à gaspiller les ressources que l’Éternel nous a prodiguées en sous-estimant leur valeur puisqu’elles nous sont données sans que nous ayons eu besoin de fournir un effort (de travailler) pour les obtenir.


KEVAQ(YaH) nous invite à combattre toute tendance à déposséder l’autre de ses ressources (le percevant davantage comme un bien de consommation que comme une personne à part entière). Plus encore, il nous aide à nous placer dans une attitude de don, nous amenant à agir en donnant avec prodigalité, sans compter nos efforts et sans rien exiger en retour.

D’autre part, KEVAQ(YaH) nous protège contre toute tendance à agir envers autrui de manière insouciante, lui offrant nos ressources sans prendre la peine d’évaluer les motivations profondes qui nous animent. Il nous évite ainsi de nous faire exploiter par des êtres peu scrupuleux qui pourraient nous considérer uniquement en fonction de nos ressources.


KEVAQ(YaH) nous amène à combattre en nous tout instinct d’appropriation propre à l’ego (nous incitant à nous saisir systématiquement des ressources qui nous entourent et à les revendiquer comme étant les nôtres), nous plaçant dès lors dans une attitude de confiance face à la vie et d’ouverture face aux richesses qui se trouvent enfouies au plus profond de nous-mêmes.

KEVAQ(YaH) nous aide également à lutter contre toute tendance à gaspiller nos ressources en prétextant que nous en sommes le propriétaire et que nous pouvons conséquemment en jouir comme nous l’entendons, les dilapidant alors sans scrupule, agissant comme si elles étaient sans limite.

%d blogueurs aiment cette page :