Arcane 5: Le Hiérophante

Catégorie: Les Vingt-Deux Arcanes du Tarot et de l’Hébreux

Écrit par: Instructeur gnostique

LETTRE HÉBRAQUE HEI

LETTRE HÉBRAQUE HE

Les versets 33 à 40 du Psaume 119 commencent par He:

Enseigne-moi, Oh יהוה Iod-Havah, le chemin de tes statuts et je le garderai jusqu’à la fin. 34. Accorde-moi ton intelligence, ainsi je garderai ta loi et l’observerai de tout mon cœur. 35. Fais-moi marcher sur le chemin de tes commandements car j’y prends plaisir! 36. Inclinez mon cœur à vos témoignages et non à un gain injuste. 37. Détourne mes yeux de la vanité; donne-moi la vie sur ton chemin. 38. Justifiez votre Parole en votre serviteur, qui vous est dévoué avec respect. 39. Détournez mon accusation que je crains; car vos jugements sont justes. 40. Voici, j’ai aspiré à vos préceptes; accorde-moi la vie dans ta justice.


Arcane 5

De l’ Alchimie et de la Kabbale par Samael Aun Weor

Frères bien-aimés de mon âme, aujourd’hui nous allons étudier le Cinquième Arcane du Tarot. Cet Arcane est le Pentagramme Flamboyant, l’Étoile Flamboyante, le signe de l’Omnipotence Divine. C’est le symbole ineffable du Verbe fait chair, l’étoile terrifiante des mages.

Lorsque le Pentagramme élève ses deux rayons inférieurs vers le ciel, il représente Satan.

pentagramme 800

Lorsque le Pentagramme devient lumière, il élève un seul de ses rayons vers le ciel; ceci représente le Christ Intérieur de chaque être humain qui vient dans ce monde.

L’être humain avec ses jambes et ses bras écartés à droite et à gauche est l’étoile à cinq points. Le cerveau et le sexe vivent dans une lutte éternelle. Le cerveau doit contrôler le sexe. Lorsque le sexe surmonte le cerveau, alors l’étoile à cinq points (l’être humain) tombe dans l’abîme avec les pieds pointés vers le haut et la tête pointée vers le bas; c’est l’étoile inversée, le bouc de Mendès. Une figure humaine avec la tête dirigée vers le bas et les pieds pointant vers le haut représente naturellement un démon.

Toute la science de la Gnose se trouve résumée dans l’étoile flamboyante. De nombreux Bodhisattvas (âmes humaines des Maîtres) sont tombés inversés, comme l’étoile à cinq branches, avec le rayon supérieur visant vers le bas et les deux rayons inférieurs vers le haut.

Lorsque l’un de ces bodhisattvas ressuscite, lorsque cette âme retourne sur le Chemin, lorsque cette âme récapitule les initiations, alors les frères s’étonnent et disent: «Cet homme n’est qu’un débutant dans ces études et maintenant il se vante d’être un initié. En vérité, les étudiants jugent souvent a priori parce qu’ils ignorent les Grands Mystères. Par conséquent, nous devons savoir faire la différence entre une âme qui vient de commencer ces études et un bodhisattva déchu. »

Dans l’Apocalypse 8: 10 de Saint Jean, le pentagramme (l’étoile à cinq branches) tombe du ciel (brûlant comme s’il s’agissait d’une lampe) et les eaux humaines sont devenues amères, elles sont devenues absinthe. Dans Ésaïe 14:12, le prophète a dit: «Comment es-tu tombé du ciel, ô étoile brillante (Lucifer), fils du matin? Comment es-tu abattu au sol? »

Néanmoins, l’étoile luciférienne (l’âme déchue) brillera un jour comme l’étoile du matin dans la main droite du Verbe.

Plusieurs fois, un homme ou une femme à la recherche de la Torche Divine de la Vérité arrive à n’importe quel Lumisial Gnostique; apparemment, le nouvellement arrivé est maintenant un débutant, cependant, les frères ignorent ce qu’est l’âme de cette personne; il ou elle peut être un bodhisattva (l’âme humaine d’un Maître) qui veut retourner vers son propre Père qui est dans le Secret. Ainsi, les frères deviennent submergés quand quelque chose de supérieur survient au débutant apparent, puis ils disent: «Nous, qui sommes plus âgés dans ces études, ne passons pas par ce que ce débutant est en train de traverser», ainsi, ils se demandent: «Comment est-il possible que cette personne qui vient tout juste de commencer se vante d’être un initié? »

– Matthieu 7: 1-2

Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés; car par quel jugement vous jugez, vous serez jugés; et avec quelle mesure vous en mesurez, cela vous sera de nouveau mesuré.

Nous devons être humbles pour acquérir la sagesse, et après l’avoir acquise, nous devons être encore plus humbles. Les Bodhisattvas tombent à cause du sexe, et ils se soulèvent également à cause du sexe. Le sexe est la pierre philosophique. La décapitation de Méduse (le Satan que nous portons à l’intérieur) serait impossible sans le précieux trésor de la Pierre Philosophique. Rappelez-vous que Méduse est la jeune fille du mal (le «je» psychologique), dont la tête est couverte de vipères sifflantes. Dans la science occulte, il est dit que l’union du mercure Sophique avec le Soufre Sophique aboutit à la Sainte Pierre Philosophique. L’Ens Seminis est le Mercure; Le soufre est le feu sacré de l’amour.

Nous vivons maintenant à l’âge spécifique de Samael; nous vivons dans la cinquième ère. La vie a amorcé son retour vers la Grande Lumière et dans ces moments nous devons nous définir en devenant des Aigles ou des Reptiles, des Anges ou des Démons..

Nous sommes devant le dilemme philosophique de «Être ou ne pas être». L’Arcane 5 du Tarot est représenté par le Hiérophante. La Cinquième Sphère est définitive car ici l’être humain tient entre ses mains les rênes de sa propre destinée et devient un Ange ou un Démon.

Le Grand Hiérophante/ le Pape du Tarot apparaît également assis entre les deux Colonnes du Temple faisant le signe (le pentagramme) de l’ésotérisme.

Le chiffre cinq est grandiose, sublime. Rappelez-vous que l’être humain est aussi une étoile à cinq points; cette étoile humaine doit se nettoyer constamment avec les cinq parfums. Si nous pouvons faire un Pentagramme métallique et le consacrer, nous pouvons aussi nous consacrer avec les mêmes rites et parfums que nous utilisons pour consacrer notre Pentagramme métallique. C’est parce que l’être humain est une étoile de cinq points.

Ceux qui se sentent pollués par les larves, ou dans la misère, doivent se maculer avec les cinq parfums pour devenir purs. Cela doit être effectué en conjonction avec le fait de marcher sur le chemin de la chasteté parfaite. Dans les Lumisials, cette coutume de nettoyer les frères et sœurs pleins de larves doit être établie. Ainsi, ils recevront le bénéfice dans leurs âmes et dans leurs corps.


La lettre hébraïque Hé

Écrit par un instructeur gnostique

LETTRE HÉBRAQUE HEI

Qui dans la Kabbale symbolise l’utérus, la matrice primordiale ou matras ה «Hé» le fondement de la propriété de la vue; voici le lieu où la semence révèle sa génération!

La lettre ה «He» renferme les trois manifestations Divines de Dieu en Briah: Père (la semence, Prana), Mère (la terre, Akasa) et Fils (l’Univers).

L’âme ou la conscience humaine doit créer (dans le Matras d’alchimie, qui est la lettre «He») trois véhicules d’expression (corps ou vêtements); ce sont le corps astral, le corps mental et le corps de la volonté.

Le corps causal ou le corps de la volonté est l’expression de la volonté intérieure de Dieu à travers la conscience. Ce processus de se donner à la volonté consciente de Dieu est la manière dont l’essence ou l’âme emprisonnée dans l’inconscience, le subconscient et l’infraconscience est libérée de ses états Eikasia (Le terme Eikasia, qui signifie imagination en grec, a été utilisé par Platon pour désigner une manière humaine de gérer les apparences.)  et Pistis dans les états de conscience Dianoia (C’est la capacité, le processus ou le résultat de la pensée discursive, en contraste avec l’appréhension immédiate qui caractérise la noèse) et Noûs.

Les trois lignes qui composent la forme de la lettre «He» correspondent à ces trois corps que nous devons créer:

  • la ligne horizontale supérieure symbolise le corps de la volonté de Dieu;
  • la ligne verticale droite est l’esprit humain dirigé par la volonté de Dieu;
  • la ligne détachée est liée à des actions émotionnelles basées sur la connexion ou les déconnexions de notre cœur humain à nos pensées divines et à notre volonté divine.

La ligne horizontale exprime un état de maîtrise de soi sous la Volonté Divine, le flux horizontal ininterrompu de la volonté divine ou de la pensée abstraite dans la conscience de tout. En ce qui concerne tout initié, il faut se rendre compte que chaque initié possède sa propre volonté divine, cependant tous les initiés prennent cette volonté de און AUN la force source universelle de «He» (Yesod). Cette auto-réalisation du Pouvoir Divin dans le plan causal de sa conscience explique les différentes volontés de cette force universelle au sein de chaque créature divine.

L’origine de la pensée divine dans l’être humain est la ligne verticale droite de la lettre «He» qui est directement reliée à la ligne de la volonté divine ou de la pensée abstraite qui descend ensuite pour exprimer ses pensées divines et ses sentiments intérieurs aux autres. Les Malachim, et de même tous les initiés gouvernent par le pouvoir de la Parole, comme il est dit: « Par la Parole des Malachim (Anges), Dieu montre sa souveraineté. »

La séparation des activités émotionnelles, la ligne verticale gauche détachée (de la volonté de Dieu, la ligne horizontale ci-dessus) de la lettre «He», nous montre en fait la nature profonde de nos émotions. Le centre émotionnel expérimente la volonté de Dieu dans le fossé existentiel entre ses pensées et sa volonté. Quand on est identifié à une émotion négative, on est incapable de capturer la volonté de son être intérieur. Si l’on veut que la main de Dieu dirige son cœur, il faut avoir l’intuition de sa volonté (intuitions) dans cette lacune. Il s’agit d’expérimenter sa volonté à travers une émotion supérieure, l’expérience de la volonté abstraite de l’inconnaissable Divin «He» la source de toute Création.

Le sentiment émotionnel supérieur, l’intuition, est ce cadeau, représenté par cette ligne ou ce segment non attaché de la lettre «He». Lorsque cette émotion supérieure est pleinement intégrée chez l’initié, elle devient sa propre source de pouvoir de pensée, de sentiment et d’action dans le sacrifice pour les autres. De plus, lorsque le centre émotionnel est complètement dominé, il devient le véhicule vital et le pouvoir des actions de tout initié qui se développent sous la direction de Kether, la vérité, le père de toutes les lumières divines.

Le roi avec la tombe d'Anubis de Haremhab RENCONTRÉ DP234736

– Genèse 47: 23-24

Joseph dit au peuple: Voici, je vous ai acheté aujourd’hui et votre pays pour Pharaon; voici, prenez de la semence pour vous-mêmes, et vous ensemencerez le pays. Et il arrivera que vous donnerez la cinquième part à Pharaon (le Hiérarque), et quatre parts seront à vous, pour la semence du champ, et pour votre nourriture, et pour eux de vos maisons, et pour la nourriture de vos petits.

La lettre «He» est cachée dans le verset: «voici, prenez la semence pour vous-mêmes» qui exprime comment le caché du caché, Christ est caché dans la semence de blé, qui symbolise la semence humaine qui doit être transformée alchimiquement à l’intérieur de «He« , L’utérus, dans la chair et le sang du Christ Intérieur. Ce » He « est symbolisé dans la coupe d’argent ou le Saint Graal qui a été trouvé dans le sac de Benjamin, que l’intendant de Joseph a placé dans le sac de grains de Benjamin quand ses frères étaient incapables de reconnaissez-le (les Splendeurs de la Lumière Astrale de Hod cachées dans la semence de Yesod).

L’Ayin Soph Aur, le Logos Solaire avec sa vie puissante fait germer la graine de blé pour que les tiges poussent millimètre par millimètre. L’Ayin Soph Aur, le Logos Solaire devient enfermé dans la dureté sombre de ce grain qui est comme un précieux coffret. Le germe enchanté de la tige sacrée a son exposant intime dans la semence humaine.

Les rayons solaires qui pénètrent dans le corps humain se développent et se déplient en cachette dans l’utérus de la femme. C’est un emblème de la vie qui se manifeste avec toute sa splendeur au sein de la Substance.

– Bhagavad-Gita 14: 4

La Grande Prakriti est mon ventre; dans lequel je place la graine; de là, ô Bharata, est la naissance de tous les êtres! Quelles que soient les formes produites, Oh Kountreya, dans quelque utérus que ce soit, la Prakriti (Mère Divine Kundalini) est leur utérus et je suis le père donneur de semences (Christ).

Les Initiés Gnostiques transmutent cette Substance Cosmique du Soleil-Christ, qui est enfermée dans leur semence sexuelle lors de l’acte sexuel. Le Prêtre et la Prêtresse délient cette Substance de ses éléments sexuels physiques afin que «El-Shaddai» pénètre victorieusement le long de la moelle épinière de leurs organismes humains.

C’est ainsi que «El-Shaddai» révèle son essence ardente au prêtre et à la prêtresse dans l’acte sexuel en donnant et en recevant leurs forces créatrices de l’une à l’autre. L’acte sexuel est la plus grande expression du don et de la réception de Dieu, une manière par laquelle l’intime exprime son don divin à son moi inférieur; c’est ainsi que l’homme intérieur Chesed donne son héritage à l’homme terrestre sous forme de charité. La forme la plus élevée de charité est lorsque le Saint-Esprit, (qui est caché dans la force sexuelle du prêtre ou de la prêtresse) se libère afin de donner complètement son essence au prêtre ou à la prêtresse afin de les exalter avec des bénédictions, comme c’est le cas. écrit:

– Malachie: 3: 10

Apportez toutes les dîmes dans le magasin, afin qu’il y ait de la viande dans ma maison, et prouvez-moi maintenant ici-avec, dit le Iod-Havah des armées, si je ne vous ouvrirai pas les fenêtres du ciel et vous verserai une bénédiction , qu’il n’y aura pas assez de place pour le recevoir. – Malachie: 3: 10

Voici, «El Shaddai» est le don secret de la lettre «He». À travers elle, notre Intime se rapporte et s’exprime en nous; il bénit notre âme avec sa propre essence, qui est contenue dans la Sephirah Yesod, la pierre cubique (Sexe).

– Jean 1:42

Et il l’a amené à Jésus. Et quand Jésus le vit, il dit, tu es Simon, fils de Jonas: tu seras appelé Céphas, ce qui est, par interprétation, une pierre. – Jean 1:42

IO-CEPHAS, Joseph, la pierre de IO, symbolise dans le verset « Prends semence pour toi », la Sephirah Yesod, dont la fonction est d’exprimer la parole de Dieu sous la forme de Yod, Phallus, donnant la semence, un homme comme expliqué dans la Kabbale Gnostique .

Quand on est incapable de comprendre qu‘El-Shaddai est caché dans la semence humaine, on est alors incapable de reconnaître Dieu, on est incapable de voir Dieu à l’intérieur; mais quand nous comprenons que la révélation de Dieu est cachée avec la semence humaine, alors, on est capable de recevoir les dons du Saint-Esprit, El-Shaddai, qui est la lumière du Christ, sa semence, qui est la plus grande révélation de Dieu ou le Messie.

Nous exprimons la volonté de notre Dieu aux autres à travers notre zèle: sentiments et pensées.

– Révélation: 2: 26, 27

Et celui qui vaincra et gardera mes œuvres jusqu’à la fin, je lui donnerai le pouvoir sur les nations; et il les gouvernera avec une verge de fer; comme les ustensiles d’un potier, ils seront brisés en frissons, comme moi reçu de mon Père. Et je lui donnerai l’étoile du matin.

Par la rupture des récipients vient la pluralité de la création. Dieu se brise ou se divise pour le bien de ses enfants. Son existence brisée, le Sephiroth devient une existence intégrée dans l’initié auto-réalisé.

Image

Baptême d’Achille

Et je mettrai inimitié entre vous et la femme, et entre votre semence et sa semence. Ils (les fornicateurs) vous meurtriront la tête, et vous blesserez (avec Karma) leur talon (Malkuth). – Genèse 3:

Et moi, voici, j’établis mon alliance avec vous et avec votre postérité après vous. – Genèse 9: 9

Et יהוה Yod-Havah apparut à Abram, et dit: à ta postérité je donnerai ce pays: et là, il bâtit un autel à Iod-Havah, qui lui apparut. Et il partit de là jusqu’à une montagne à l’est de Béthel, et dressa sa tente, ayant Béthel à l’ouest et Hai à l’est; et là, il bâtit un autel à Yod-Havah et invoqua le nom de Yod-Havah. – Genèse 12: 7-8

Et quand Abram eut quatre-vingt-dix ans et neuf ans, יהוה Yod-Havah apparut à Abram, et lui dit: Je suis El-Shaddai; marche devant moi et sois parfait. Ceci est mon alliance, que vous garderez, entre moi et vous et votre postérité après vous; chaque enfant parmi vous sera circoncis (chaste). Et tu circoncis la chair de ton prépuce; et ce sera le signe de l’alliance entre moi et vous. – Genèse 17: 10, 11

Circoncision: la suppression des appétits animaux qui ont leur racine dans le sexe, dans la luxure animale, l’orgasme, la fornication.

semeur 1888

Le même jour, Jésus sortit de (Beth) la maison et s’assit au bord de la mer (de Yesod).

Et de grandes foules se rassemblèrent auprès de lui, de sorte qu’il monta dans un bateau (l’Arche) et s’assit; et toute la multitude se tenait sur le rivage. Et il leur dit beaucoup de choses en paraboles, en disant:

Voici, un semeur est sorti pour semer; et quand il a semé, des graines sont tombées sur le bord du chemin, et les oiseaux sont venus et les ont dévorés; certains sont tombés sur des endroits pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre; et aussitôt ils ont germé, parce qu’ils n’avaient pas de profondeur de terre; et au lever du soleil, ils étaient brûlés; et parce qu’ils n’avaient pas de racine, ils se sont desséchés. Et certains sont tombés parmi les épines; et les épines ont poussé, et les ont étouffés. Mais d’autres sont tombés dans une bonne terre, et ont produit du fruit, certains cent fois, certains soixante fois, certains trente fois; quiconque a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

Et les disciples vinrent et lui dirent: pourquoi leur parles-tu en paraboles?

Il répondit et leur dit, car il vous est donné de connaître les mystères du royaume des cieux, mais à eux cela ne leur est pas donné.

Car celui qui a, lui sera donné, et il aura plus d’abondance; mais celui qui n’a pas, lui sera ôté même ce qu’il a.

C’est pourquoi je leur parle en paraboles: parce qu’ils ne voient pas; et entendant ils n’entendent pas, ils ne comprennent pas non plus. Et en eux s’accomplit la prophétie d’Isaïe, qui dit: «En entendant, vous entendrez, et vous ne comprendrez pas; et voyant, vous verrez, et vous ne percevrez pas; car le cœur de ce peuple est devenu grossier, et ses oreilles sont sourdes, et leurs yeux sont fermés; de peur qu’à aucun moment ils ne voient avec leurs yeux, qu’ils entendent avec leurs oreilles, qu’ils ne comprennent avec leur cœur, qu’ils ne se convertissent et que je les guérisse.

Mais heureux sont vos yeux, car ils voient, et vos oreilles, car elles entendent. Car en vérité, je vous le dis, que beaucoup de prophètes et d’hommes justes ont désiré voir les choses que vous voyez, et ne les ont pas vues; et d’entendre ces choses que vous entendez, et ne les avez pas entendues.

Écoutez donc la parabole du semeur.

Quand quelqu’un entend la parole du royaume et ne la comprend pas, alors vient le méchant, et prend ce qui a été semé dans son cœur. C’est lui qui a reçu la semence en chemin.

Mais celui qui a reçu la semence dans des lieux pierreux, c’est celui qui entend la parole, et la reçoit immédiatement avec joie; cependant il n’a pas de racine en lui-même, mais la contrainte pendant un certain temps: car quand la tribulation ou la persécution survient à cause de la parole, il est peu à peu offensé.

Celui qui a reçu la semence parmi les épines est celui qui entend la parole; et le soin de ce monde, et la tromperie des richesses, étouffent la parole, et il devient infructueux.

Mais celui qui a reçu la semence dans la bonne terre est celui qui entend la parole et la comprend; qui porte aussi du fruit, et produit, certains au centuple, certains soixante, quelque trente.
Il leur proposa une autre parabole, disant: Le royaume des cieux est comparé à un homme qui a semé de la bonne semence dans son champ. Mais pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Mais quand la lame a poussé et a produit du fruit, l’ivraie est aussi apparue. Les serviteurs du maître de maison vinrent et lui dirent: Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D’où vient donc l’ivraie?

Il leur dit qu’un ennemi a fait cela. Les serviteurs lui dirent: Voulez-vous donc que nous allions les rassembler?

Mais il a dit, non; de peur que pendant que vous ramassez l’ivraie, vous ne déraciniez aussi le blé avec elles.

Que les deux poussent ensemble jusqu’à la moisson; et au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs, rassemblez-vous d’abord l’ivraie, et liez-les en bottes pour les brûler; mais rassemblez le blé dans mon grenier.

Il leur proposa une autre parabole, en disant: Le royaume des cieux est semblable à un grain de moutarde qu’un homme a pris et semé dans son champ: ce qui en fait est la moindre de toutes les graines; mais quand il pousse, il est la plus grande des herbes, et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent se loger dans ses branches.

Il leur parla une autre parabole; Le royaume des cieux est semblable au levain, qu’une femme a pris et a caché dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que le tout ait été levé.

Toutes ces choses parlaient Jésus à la multitude en paraboles; et sans parabole il ne leur parla pas: afin que s’accomplisse ce qui a été dit par le prophète, en disant: J’ouvrirai la bouche en paraboles; Je prononcerai des choses qui ont été gardées secrètes depuis la fondation du monde.

Alors Jésus renvoya la multitude et entra dans la maison; et ses disciples vinrent vers lui, disant: Déclarez-nous la parabole de l’ivraie des champs.

Il répondit et leur dit: Celui qui sème la bonne semence est le Fils de l’homme; le champ est le monde; la bonne semence sont les enfants du royaume; mais l’ivraie sont les enfants du méchant; l’ennemi qui les a semés est le diable; la moisson est la fin du monde; et les moissonneurs sont les anges. Comme donc l’ivraie est ramassée et brûlée au feu; il en sera de même à la fin de ce monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils rassembleront de son royaume tout ce qui offense et ceux qui commettent l’iniquité; et les jettera dans une fournaise de feu: il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père; quiconque a des oreilles pour entendre, qu’il entende. – Matthieu 13: 1-43

Image
Joseph devant le Pharaon, le Hiérophante d’Égypte

Voici, vous êtes appelé Juif (un Christifié), et reposez-vous dans la loi, et vantez-vous de Dieu, et connaissez sa volonté, et approuvez les choses qui sont plus excellentes, étant instruit hors de la loi; et ayez confiance que vous êtes vous-même un guide des aveugles, une lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, un instructeur des insensés, un enseignant des bébés, qui a la forme de la connaissance et de la vérité dans la loi. Par conséquent, vous qui enseignez aux autres, ne vous enseignez pas vous-même?

Vous qui prêchez qu’un homme ne doit pas voler, volez (la semence de Dieu)? Vous qui dites qu’un homme ne doit pas commettre d’adultère, commettez-vous l’adultère (avec votre femme)? Vous qui abhorrez les idoles, commettez-vous un sacrilège (avec les idoles lubriques de votre esprit)? Vous qui vous vantez de la loi (circoncision), par (fornication) enfreignant la loi, déshonorez votre Dieu?

Car le nom de Dieu (caché avec la semence sexuelle) est blasphémé parmi les Gentils (Fornicateurs) à travers vous, comme il est écrit; car la circoncision a vraiment profité, si vous gardez la loi (de chasteté): mais si vous êtes un transgresseur de la loi (un fornicateur), votre circoncision est faite incirconcision.

Par conséquent, si l’incirconcis garde la justice de la loi (chasteté), son incirconcision ne sera-t-elle pas comptée pour la circoncision?

Et l’incirconcis qui est par nature, s’il accomplit la loi, ne vous jugera-t-il pas, vous qui par la lettre et les circoncis transgressent la loi (voir Lévitique 15:16, 18)?

Car il n’est pas juif, ce qui est un extérieurement; ni cette circoncision, qui est extérieure dans la chair: mais il est un Juif, qui est un intérieurement; et la circoncision est celle du cœur (chaste), dans le (Saint) Esprit, et non dans la lettre; dont la louange n’est pas des hommes, mais de Dieu. – Romains: 2: 17-29

Or, les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il a dit non, et aux semences, comme à beaucoup; mais comme d’un seul, et à votre semence, qui est Christ. – Galates 3:16

Conférence

Arcane5 développe les thèmes qui ont été exprimés dans les quatre premiers Arcanes. Lorsque nous examinons l’image de ce livre, cette planche de l’Arcane 5, nous voyons Anubis, le dieu égyptien. Il se tient debout et tient dans sa main un bâton, et son œil est toujours ouvert.

Dans la Gnose, nous comprenons que pour que nous puissions comprendre et comprendre la nature de l’existence, la nature de notre propre âme, on nous donne des religions ou des systèmes mystiques, qui sont basés sur un ensemble complexe d’images, de symboles et ces symboles indiquent les structures et les processus qui existent dans la nature, les structures et les processus qui ont été établis afin de soutenir l’équilibre de l’évolution cosmique. Lorsque nous examinons les différents arcanes et que nous observons l’imagerie présente dans chaque loi particulière, nous devons garder à l’esprit que ces images sont symboliques. Ils représentent la sagesse codée et synthétisée, à laquelle on ne peut vraiment accéder que par l’intuition.

Ainsi, l’Arcane 5, dans sa représentation d’Anubis, nous présente une représentation symbolique qui englobe une vaste sagesse. Le chiffre 5 a beaucoup de sens, à la fois au niveau cosmique et sur la façon dont l’univers lui-même se présente, mais aussi au niveau microcosmique, sur la façon dont notre propre univers intérieur s’harmonise avec le plus grand tout.

anubis

Dans la mythologie égyptienne, Anubis est présenté comme le régent des morts, cette intelligence qui supervise les mystères. Il est ce Hiérarque, ou Hiérophante, le grand chef ou autorité sur les mystères eux-mêmes, qui est responsable du maintien de l’équilibre, et c’est pourquoi au bas de cette image nous voyons une échelle. Dans le livre égyptien des morts, et dans de nombreuses peintures et documents qui restent de cet ancien royaume, nous voyons des images d’Anubis avec son doigt ajustant une échelle, et il le fait toujours avant la présence des divinités dans le rechercher. L’échelle est l’échelle de l’équilibre, qui a à nouveau de nombreux niveaux de signification au niveau cosmique, au niveau macrocosmique, et aussi au niveau microcosmique par rapport à notre propre psychologie intérieure. Anubis est donc une figure très centrale dans la compréhension de la vraie sagesse spirituelle.

Il je

Pour connaître Dieu, il faut comprendre les lois de Dieu et comprendre les structures que Dieu a mises en place. Cette carte de l’Arcane 5 est également liée à la lettre hébraïque ה He. Ce symbole particulier contient et synthétise également une grande quantité de sagesse initiatique, avec ses trois bras et sa forme particulière. Bien sûr, nous savons très bien de la conférence précédente que le personnage ה He apparaît deux fois dans le célèbre Tetragrammaton (IHVH: יהוה), ou le nom à quatre lettres de Dieu. Ainsi, par rapport au quatrième Arcane, nous comprenons que le personnage ה He est étroitement lié et symbolise l’utérus, la femme, la mère. C’est de ce ventre que la manifestation naît. Ici, nous commençons à voir une relation intéressante entre la Mère Divine et le karma.

Il je

Le Bouddha Gautama a enseigné qu’il y a trois choses éternelles. La loi est la première. La loi, bien sûr, est le karma, la loi de l’équilibre, la loi de la balance. Le second est le nirvana ou les royaumes célestes, et le troisième est l’espace. Lorsque l’univers passe au repos, dans le grand reste du Pralaya, ce qui le fait se manifester à nouveau est le karma, les énergies non résolues de l’âge précédent. Ainsi, dans ce sein de la Mère Divine, le sein de l’espace, est latente la semence de l’existence future. Cette graine elle-même est karmique à cause de causes antérieures. Ainsi, lorsque les conditions mûrissent, cette graine donne naissance. Elle fleurit et produit l’existence elle-même.

L’utérus de la Mère Divine, l’espace lui-même ou l’existence non manifestée, est symbolisé par les Égyptiens sous le nom de Nephtys. Bien sûr, en sanskrit, nous connaissons cela sous le nom de Prakriti, la Mère Divine. Lorsque la Mère Divine donne naissance et que la manifestation survient, les Égyptiens ont appelé la mère manifestée, « Isis« . Donc, ici, nous avons deux aspects de la Mère Divine, ou deux aspects du personnage, ה He. Entre ces deux, il y a une interface; il y a Anubis. Plutarque, qui était un prêtre grec à Delphes, a observé dans ses écrits que la doctrine ésotérique liée à Anubis le décrivait comme l’équilibre, ou l’interface, entre Nephtys et Isis, et il était le fils des deux, et de cette façon nous pouvons Comprendre qu’Anubis est ici simplement un symbole, tout comme Nephtys et Isis, un symbole du karma, l’un de ces trois facteurs éternels. Dans l’utérus de Nephtys se trouve cette graine d’événements karmiques qui doivent se dérouler, et lorsque les conditions sont réunies, Anubis est le véhicule par lequel le déploiement se produit. De cette façon, nous pouvons comprendre, sur la base des études de la Kabbale, qu’Anubis est aussi le Christ. Cette lumière qui s’exprime depuis l’utérus est christique. C’est le Logos solaire, et cette expression se produit à cause du karma.

Si l’Absolu était en parfait équilibre, si les trois Gunas étaient en parfait équilibre, la manifestation ne se produirait pas, mais parce qu’il y a un résidu karmique, ces Gunas sont déséquilibrés, et ainsi la manifestation se produit, l’univers apparaît. L’une des grandes lois de toute étude ésotérique est une loi qui déclare: «Comme ci-dessus, donc ci-dessous». Ainsi, de la même manière que l’univers surgit et descend dans la manifestation, nous aussi. Nous entrons dans un corps physique grâce au karma. Nous, en tant qu’essence, en tant qu’étincelle, en tant qu’âme, en tant que conscience, surgissons et nous manifestons de l’utérus de notre propre Mère Divine à travers le véhicule du karma, sous les auspices d’Anubis, qui est le symbole de cette loi, et ensuite nous entrons dans la manifestation sous la direction de notre propre Isis particulière, qui est notre propre Mère Divine individuelle. Lorsque nous entrons dans la manifestation physique, nous entrons dans un corps qui est créé par le karma. Chaque particule de notre existence est karmique. La peau que nous avons, le visage que nous avons, même notre nom, nos parents, la ville dans laquelle nous vivons, le temps dans lequel nous vivons. Tous ces facteurs, toutes ces conditions, existent dans nos vies à cause d’actions que nous avons nous-mêmes produit dans le passé.

Karma, le mot karma, fait référence à la loi de l’action et des conséquences, et il vient d’un terme sanscrit, karman, qui signifie «acte». Ainsi, le karma, ou la loi de l’échelle, est la loi fondamentale de la nature qui fait équilibrer toute action. Toute action produite a une réponse. Tout ce qui arrive produit une réaction. Rien n’existe dans un vide. Rien n’est indépendant. Dans le bouddhisme, il y a beaucoup de discussions et d’enseignements profonds sur ce terme, «interdépendance». L’interdépendance, ou ce qu’on appelle aussi l’origine dépendante, ce qu’on appelle aussi les Douze Nidanas, ce qu’on appelle aussi Pratitya Samutpada, la chaîne de causalité aux douze volets, qui est représentée dans la très célèbre Roue de la Vie, ou Roue du Samsara, par la jante extérieure de la roue, qui a douze images, douze images. Ces douze représentent et symbolisent les différents aspects de l’interdépendance, et ils démontrent d’une manière très simple comment aucun événement n’existe en soi.

L’importance de cet enseignement est soulignée à maintes reprises par le Bouddha lui-même, qui dit que si vous ne comprenez pas l’interdépendance, vous ne comprenez pas le dharma. C’est donc un aspect extrêmement puissant et pratique de l’enseignement que nous devons saisir pour comprendre comment changer notre situation. L’origine dépendante, ou interdépendance, nous exprime qu’aucune action n’est indépendante, que la matière n’est pas indépendante, qu’aucune pensée n’est indépendante. Tout interagit avec tout le reste, et dans la mécanique quantique moderne, ils découvrent la même chose, que l’observateur qui effectue une expérience a un impact sur l’expérience elle-même. Il n’existe pas d’observateur indépendant d’un phénomène donné. C’est quelque chose que la physique quantique dit maintenant. Ils disent maintenant ce que le Bouddha a enseigné il y a 2500 ans, que vous ne pouvez pas être un observateur détaché de quoi que ce soit. Dès que vous percevez un phénomène, vous y êtes lié, vous l’affectez et cela vous affecte. C’est le karma. C’est la loi de cause à effet. La difficulté est que nous, parce que nous sommes tellement habitués aux cinq sens, nous avons tendance à croire que le karma ne concerne que l’action physique. Nous avons tendance à avoir cette idée que la physique de troisième dimension décrit tout dans l’univers, et ce n’est pas le cas, et même nos physiciens matérialistes modernes vous le diront. La physique tridimensionnelle, ou physique newtonienne, décrit une bande extrêmement étroite de la nature existante, mais notre cerveau, notre psyché, notre esprit animal, n’ont pas compris cela, et cela est dû à l’ignorance.

Quand nous examinons vraiment la nature d’un phénomène donné, en particulier dans notre propre psyché, nous pouvons voir en fait que toute la nature, tous les phénomènes, sont en fait interdépendants. Nous pouvons observer un événement lointain, mais avec une introspection sincère, nous pouvons constater que cet événement a produit un effet en nous, et en allant plus loin, nous pouvons découvrir qu’en tant qu’observateur, nous avons eu un impact sur cet événement lointain, et c’est quelque chose de célèbre, discuté en quantique. mécanique maintenant, où ils disent que le simple mouvement des ailes d’un papillon d’un côté de la terre peut influencer et provoquer un ouragan. Ce n’est pas seulement une idée intellectuelle. Ce n’est pas seulement une chose intelligente ou bizarre à dire. C’est quelque chose que les physiciens quantiques observent, ils mesurent. Ce qu’il souligne pour nous en tant qu’étudiants de la Gnose, c’est que nous devons prêter une attention particulière à l’expression de notre volonté.

Cet Arcane 5 est vraiment une question de volonté. Lorsque nous examinons l’Arbre de Vie et que nous comptons de bas en haut, la cinquième sphère est Tiphereth, et Tiphereth est liée à notre âme humaine, ou volonté. Ainsi, la cinquième sphère dans ce cas est définitive pour notre travail en Gnose, pour notre travail pour connaître notre Être. C’est une question de volonté, mais cette volonté doit être comprise dans un contexte approprié. Pourquoi sommes-nous dans la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui? La plupart des gens diraient probablement: « Eh bien, mes parents ceci et cela, et mon patron ceci et cela, et mes amis. » Il n’y a pas de réelle tendance à rechercher les causes de la vie en nous-mêmes. Nous sommes responsables de nos propres vies. Telle est la nature de la vérité. Le karma n’est pas simplement quelque chose qui se limite à l’action physique. C’est la loi qui équilibre toutes les actions à tous les niveaux. Lorsque nous voulons comprendre pourquoi nos vies sont telles qu’elles sont, nous devons examiner les actions que nous avons produites qui ont donné lieu à ces événements. Ces actions ne se limitent pas à l’action physique. Ces actions comprennent des actions dans le cœur et des actions dans l’esprit, les pensées et les sentiments.

Maintenant, où la volonté entre en jeu ici n’est pas une question d’intention. Le karma, cette grande loi, ne mesure pas les intentions. Les intentions sont en fait tout à fait dénuées de sens en termes de karma, en termes de gestion de la nature par la loi. Ce sont les résultats qui comptent. Nous pouvons avoir de très bonnes intentions d’aider quelqu’un, mais si dans nos efforts nous leur faisons du mal, nous devons payer pour cela. Nous avons peut-être eu les meilleures intentions, mais ce n’est pas pertinent. Donc, pour l’âme humaine, pour cette volonté, pour apprendre à gérer la loi du karma de la bonne manière afin de sortir de la souffrance, nous devons savoir comment agir. Nous savons que nous devons accomplir de bonnes actions. C’est quelque chose sur lequel chaque religion met l’accent. Nous devons avoir la charité, nous devons avoir de la compassion, nous devons aider la souffrance. C’est bien connu, mais comment le faire ne l’est pas. Comment aider est très mal compris, et la raison en est que les gens écoutent leur propre volonté. Afin de comprendre et de comprendre la bonne action, la bonne manière d’accomplir une bonne action, nous devons faire appel à l’autre numéro cinq. Si nous comptons sur l’Arbre de Vie vers le bas, la cinquième sphère est Geburah, ce qui signifie justice. Cette sphère est liée à notre âme divine, ou Neshamah. L’âme divine est l’aspect féminin de notre propre monade intérieure, notre propre Être, et c’est à travers ce véhicule de la conscience divine que notre Intime, notre Esprit, peut nous donner des instructions. Nous recevons cela à travers ce véhicule de Geburah dans notre propre conscience. De cette manière, nous pouvons comprendre que, en tant qu’âme humaine, Tiphereth, en tant qu’essence, quel que soit le degré de développement, afin de savoir comment accomplir l’action de la bonne manière, nous devons recevoir la direction de notre Être, et cette direction est reçue par Geburah, par notre âme divine, par la méditation, par l’intuition.

Donc, nous voyons ici comment le chiffre 5 nous présente déjà beaucoup de connaissances, mais comment pouvons-nous vraiment atteindre notre propre Être? Par quels moyens? Recevoir la direction de l’Être est nécessaire et important, pour que nous puissions entendre cette voix et savoir comment accomplir l’action juste, mais pour que cette connaissance de l’action juste devienne parfaite, l’Être doit s’incarner en nous. . L’Être doit devenir notre réalité, et l’Être le fait en naissant en nous.

Ceci est accompli à travers les mystères de la lettre, ה He. Ce caractère hébreu, cette lettre hébraïque, est le chiffre cinq, mais il symbolise, représente aussi, l’utérus, la femme, la prêtresse, ou l’épouse du magicien, la femme ou Eve en d’autres termes, et le personnage ה He contient en soi, il indique comment effectuer la bonne action. La barre supérieure, ce firmament horizontal, représente le corps causal, ou l’âme humaine elle-même, Tiphereth. Le corps causal est le véhicule par lequel nous pouvons connaître directement la volonté de notre Être, car lorsque nous développons le corps causal solaire à travers les pratiques de l’alchimie, ce corps est directement connecté à l’Intime, que vous pouvez voir dans l’Arbre de Vie. , Tiphereth et Chesed. La jambe la plus à droite de ה He représente le corps mental, le corps mental solaire, qui est un esprit solaire, ou un véhicule à travers lequel l’instruction de l’Être peut être reçue, traitée et appliquée, et la jambe la plus à gauche représente l’astral, ou émotionnel, corporel. Vous remarquez ici qu’il y a un espace, que cette jambe de ה He ne se connecte pas directement à l’Intime, et nous voyons cela aussi dans l’Arbre de Vie, que le corps astral est séparé de l’Intime. En nous, cela représente, pour traverser le fossé et comprendre émotionnellement, nous devons nous ouvrir et écouter l’intuition. Ce qui crée le fossé et nous empêche de recevoir la sagesse de notre Être, ce sont les émotions négatives, c’est-à-dire la volonté de soi, l’attachement, le désir, l’ignorance, le désir et l’aversion. Nous traversons cette lacune à travers les processus d’initiation, et nous traversons cette lacune en apprenant à méditer et à recevoir l’instruction de notre Intime.

C’est vraiment un processus de karma, de cause à effet. Nous sommes dans la situation dans laquelle nous nous trouvons maintenant parce que nous n’avons pas écouté les conseils de notre propre Être Intérieur. À travers le processus de notre propre vie individuelle, nous faisons une action constante d’instant en instant. Toutes les énergies que nous recevons à tous les niveaux de notre physiologie et de notre psychisme sont transformées par une question de volonté, notre propre volonté, mais lorsque cette volonté est égoïste, lorsque cette volonté s’identifie d’elle-même, alors l’action produite est une action erronée, et lorsque l’action est produite sous la direction de la volonté de soi, elle produit des conséquences, et ces conséquences sont appelées «karma».

La souffrance commence quand nous ne connaissons pas notre Être. De là se déroulent toutes les autres formes de souffrance. Certaines personnes disent qu’elles ont une vie confortable, qu’elles ont ce dont elles ont besoin, qu’elles ont ce qu’elles appelleraient le bonheur, mais remarquent à quel point le moindre impact peut les rendre misérables. S’ils tombent un peu malades, si un chèque est perdu par la poste, si quelqu’un dit un mot critique d’eux. Ce n’est pas du bonheur; c’est de la souffrance. Ne pas connaître le but de sa vie, c’est souffrir. Ne pas savoir ce qu’il faut faire de son temps et de son énergie est une forme de souffrance. Ressentir le fardeau de la lourde existence que nous avons en ces temps est une forme de souffrance. Ne pas connaître l’heure de la mort est une forme de souffrance, et aucun de nous ne sait quand la mort approche pour nous. Ceci est le résultat de causes antérieures. L’ignorance dans laquelle nous souffrons est auto-produite.

La bonne nouvelle est que, de la même manière que nous produisons les causes de la souffrance, nous pouvons également produire les causes de la libération de la souffrance. Le karma n’est pas une loi mécanique aveugle. Anubis symbolise cette intelligence divine qui gère, avec beaucoup de sagesse et d’amour, les processus de karma. En d’autres termes, le karma est négociable à différents niveaux. Tout d’abord, il est négociable à force d’action. Si nous produisons une bonne action qui donne de bons résultats, nous sommes payés pour cela. Nous recevons ce que nous sommes dus pour cela. Cela signifie que plutôt que de devenir déprimés, découragés ou anxieux de la nature de la situation dans laquelle se trouve l’humanité, de notre propre situation, de notre propre souffrance, de nos propres erreurs, nous devrions en fait être grandement encouragés, enthousiastes, car les moyens de changer la souffrance lui-même est entre vos mains et personne d’autre. Si vous observez l’humanité et ressentez de la douleur pour la souffrance de l’humanité, si vous observez votre propre vie et ressentez de la douleur à cause de la souffrance que vous avez endurée, prenez courage. Les moyens de changer cette souffrance sont entre vos mains, et vous le faites en apprenant à effectuer la bonne action, et vous le faites en sachant comment entendre les conseils de votre propre Être.

Aucune autre personne en dehors de vous ne peut vous dire ce qui est bien ou mal. Aucun livre ne peut vous dire ce qui est moral et immoral. Aucun guide spirituel ne peut vous dire ce que vous devez faire et ce qui ne va pas. Le seul qui peut vous le dire est votre Être, parce qu’Il est le seul qui connaît le livre de votre karma et sait ce qu’Il veut que vous fassiez.

anubis

Dans la cour de justice, sous la direction de cette grande intelligence que nous appelons Anubis, chaque personne a un livre, et dans ce livre est enregistré chaque action que nous avons jamais accomplie, ainsi que les crédits et les dettes que nous avons. Toute âme a le droit d’examiner son propre livre de karma. Toute personne peut faire l’effort de voyager et de se rendre au tribunal. Cette cour s’appelle le Temple de Maat. Ce tribunal existe dans la sphère de Geburah, la cinquième sphère de l’Arbre de Vie. C’est un tribunal de la même manière que nous avons des tribunaux dans le monde physique. Le juge qui préside s’appelle Anubis. C’est un ancien initié qui porte le masque d’un chacal. C’est un masque, et il porte un masque pour faire preuve d’impartialité; il observe sans attachement, sans préférence. Il est accompagné et assisté de 42 juges, et tous les juges lors de la présidence portent des masques, de chacals ou de loups. Pourquoi ces animaux? Le chacal et le loup démontrent tous deux dans leurs comportements une profonde vigilance. Les deux observent le jour et la nuit. Les deux rôdent autour des terrains de crémation et des cimetières. Le loup et le chacal représentent et symbolisent la façon dont la loi du karma est toujours présente et toujours vigilante.

Une partie de notre propre Être, une partie de notre propre âme, notre propre psyché, est liée à la loi du karma. Chaque action, chacune de nos pensées, toutes nos émotions sont enregistrées, documentées, observées, et la partie de notre Être qui fait cela s’appelle le Kaom, en d’autres termes, la police cosmique. Nous avons notre propre policier, qui est avec nous à chaque instant. Ainsi, lorsque vous pensez que vous vous en sortez avec quelque chose, n’oubliez pas le policier qui est derrière vous, qui regarde et enregistre vos actions. Toutes ces actions sont enregistrées dans ce livre de votre propre destin, et le destin dans ce cas est exactement ce qu’il implique. Ce sont les conséquences auxquelles vous devez faire face.

Le destin n’est pas une force aveugle. Ce n’est pas quelque chose qui arrive par hasard ou en raison de la cruauté d’un dieu. Le destin est auto-créé. Nous créons notre propre destin. Période. Telle est la nature de la loi du karma. Si vous aspirez au bonheur, à la paix, à la sérénité, vous êtes le seul à pouvoir produire les causes de ces expériences. Si vous éprouvez de l’anxiété, de la peur, du doute, du regret, de la persécution, de la pauvreté, de la faim, cherchez les causes sur vous-même. Vous pouvez ne pas voir dans votre vie physique les causes de certains événements, et c’est à cause de la loi de récurrence qui est traitée au cours de nombreuses existences, mais si vous apprenez à méditer, vous pouvez percevoir les causes de ces événements.

Le Maître Samael Aun Weor insiste et exhorte les étudiants à continuer tout événement de bonheur ou de douleur dans la méditation. Quand il vous arrive quelque chose de très joyeux, très heureux, très agréable, très bon, méditez. Imaginez cet événement, imaginez ces sentiments, imaginez cette scène. Détendez-vous, ouvrez votre esprit intérieur et vous pouvez développer la capacité de percevoir la cause de cette joie et de voir quelle action vous avez produite dans le passé qui vous a donné ce cadeau dans le présent, et il en va de même pour toute circonstance ou événement douloureux. . Vous pouvez connaître les causes, mais pas avec vos cinq sens. Les cinq sens ne peuvent percevoir que la matière physique. Le Karma gère et ajuste toute la matière, pas seulement le physique. Pour percevoir les causes, il faut regarder au-delà de la matière physique.

Pour que l’âme humaine, pour notre propre conscience, produise une action juste, nous avons besoin de connaître la volonté de notre propre Être, et cette volonté est bien englobée au nom du temple de la loi, Maat. Maat est un ancien terme égyptien qui fait référence à l’harmonie, à l’équilibre, à la vérité, à l’action verticale. Ainsi, Maat est le mot égyptien pour le terme sanscrit, «dharma». Maat, et «dharma» en sanskrit, signifie la loi, la vérité, la justesse. Donc, pour savoir comment effectuer la bonne action, vous devez connaître le Dharma.

Le Dharma, bien sûr, est la Gnose. Le Dharma est les lois qui gèrent la nature. Ce sont ces 22 Arcanes que nous étudions dans ce cours. C’est la Kabbale. C’est de l’alchimie. C’est la méditation, mais tout cela est englobé et enfermé dans la volonté de l’Intime. Nous recevons les enseignements de la Gnose à cause de la volonté de Dieu. Nous rejetons l’enseignement de la Gnose à cause de l’ego. Quelqu’un qui est amené à étudier la Gnose elle-même, à étudier le dharma, est stimulé par l’Être à le faire. L’existence même de ces enseignements est un don des dieux. C’est un don du Christ cosmique. Dharma lui-même signifie «droiture» ou «loi». Nous souffrons parce que nous avons ignoré le dharma, ou l’action juste. Lorsque nous ignorons le Dharma, lorsque nous ignorons la loi de Maât, nous commettons des erreurs. Nous commençons à effectuer des actions en raison de notre propre volonté.

Dans l’histoire de cette race, dans le processus de manifestation surgissant et se développant à travers l’évolution cosmique, la matière descendait. Lorsque le rayon de la création s’est déployé dans ce Mahamanvantara, et que tous les mondes et niveaux de matière ont été développés, tout ce processus a été symbolisé par une image particulière démontrant les intentions derrière l’évolution cosmique de l’univers lui-même, et au niveau microcosmique, sur un niveau plus petit, plutôt, cette planète, cette race, et ce symbole est une étoile inversée, qui représentait il y a longtemps la descente de l’esprit dans la matière, mais ensuite à travers le processus d’évolution cosmique cette énergie commence à revenir et ainsi cette étoile doit s’inverser. L’étoile est un symbole de cinq points, bien sûr lié à l’Arcane 5, mais cette étoile représente l’être humain.

Star

Le point supérieur est la tête avec les deux bras tendus et les deux jambes comme base sur laquelle se tenir debout. L’étoile verticale est un symbole d’une grande valeur positive en ces temps, tandis que le pentagramme inversé représente la matière descendant plus loin, ou l’esprit descendant plus loin dans la matière. Donc à cet âge, en ces temps, le pentagramme inversé avec les deux pieds vers le haut est un symbole négatif et représente la magie noire. Il représente la descente dans le Qliphoth, dans la souffrance. Il représente la dégénérescence, mais le pentagramme pointant vers le haut représente la remontée de l’esprit vers l’Absolu. Malheureusement, les forces descendantes, les forces dévolues de la nature attirent l’humanité. Tant que nous n’avons pas l’âme, nous sommes un pentagramme inversé. Tant que nous n’avons pas l’Être à l’intérieur, tant que nous ne nous tenons pas debout dans Tiphereth, nous sommes un pentagramme inversé. Nous sommes tombés, en d’autres termes.

Pour connaître le Dharma, pour vraiment connaître le Dharma, nous devons être un pentagramme droit. Nous devons être debout avec notre âme, notre esprit, travaillant pour monter, pour se libérer du matérialisme, pour conquérir la matière, pour conquérir la sensation, mais l’humanité est asservie par la sensation. L’humanité est fascinée par la matière, par les sens, et c’est la dégénérescence de l’âme. Dans le passé, il était nécessaire pour le développement de l’âme d’entrer dans la matière, d’éprouver des sensations liées à la matière physique, mais ces temps sont passés il y a longtemps, et parce que nous n’avons jamais rompu cette tendance, nous sommes restés esclaves de la matière. , par sensation, et ont produit une énorme quantité de karma.

En son cœur, dans son essence, le pentagramme représente vraiment le bodhisattva. Le bodhisattva est l’âme qui a atteint Tiphereth à travers les processus d’initiation et a créé les corps solaires. En créant les corps solaires astral, mental et causal, cette personne a décidé de prendre le chemin droit, le chemin direct, le chemin du bodhisattva. Cette personne est de droit un pentagramme débutant, un débutant. La première apparition du pentagramme est là, mais cette âme doit perfectionner ce pentagramme, qui est tout le processus qui suit: les serpents de lumière, les deuxième et troisième montagnes.

Il y a de nombreuses âmes dans le monde aujourd’hui qui ont emprunté ce chemin auparavant, qui étaient autrefois un pentagramme droit, un bodhisattva, mais qui sont tombées. Ces âmes se sont identifiées à un ego, à une forme de matière, et ont perdu leur développement. Ils redeviennent un pentagramme inversé. Le bodhisattva déchu doit retourner à la lumière. Le bodhisattva déchu doit régénérer, récupérer ce qui a été perdu.

Personne, qu’il s’agisse d’un bodhisattva déchu ou de quelqu’un qui n’est jamais entré sur le chemin, n’est meilleur que quiconque, mais il y en a beaucoup dans les divers groupes spirituels qui prétendent être des bodhisattvas des âges précédents, qui se montrent. Vraiment, ces personnes devraient avoir plus honte que les autres. Être fier d’avoir déshonoré les dieux est une grande ironie. Prétendre fièrement être un bodhisattva déchu est vraiment criminel. Le bodhisattva qui tombe commet un crime contre son propre Être, commet un crime contre la Loge Blanche et commet des crimes contre l’humanité. Il n’y a rien là-dedans dont on puisse être fier, rien. Un bodhisattva déchu devrait être plus honteux, plus repentant, plus plein de remords, plus humble. Quelqu’un qui n’est jamais entré dans le chemin n’est pas coupable de ces crimes, est plus innocent. Un bodhisattva déchu devrait savoir mieux, et pourtant, souvent, nous trouvons que les personnages les plus arrogants, les plus orgueilleux, les plus vantards, les plus remarquables sont des bodhisattvas déchus qui aiment parler de qui ils étaient, de ce qu’ils ont fait, tout en ignorant le fait. de ce qu’ils sont, qui est un traître, un menteur, un voleur, un adultère et un fornicateur, ce que nous sommes tous, mais un bodhisattva est pire parce qu’un bodhisattva déchu est quelqu’un qui a eu Christ à l’intérieur, et pourtant il a trahi le Christ.

De nombreux Gnostiques tombent dans ce culte des bodhisattvas déchus, toujours à la recherche des bodhisattvas déchus. C’est une erreur. Maître Samael Aun Weor a déclaré assez clairement: « Les bodhisattvas déchus sont pires que les démons. » Pire. Un démon est au moins cohérent. Un démon va être un démon, mais un bodhisattva déchu a été une fois dans la lumière et est ensuite tombé. Qui va leur faire confiance? Quand ils essaient de rentrer, la loi leur est très dure et la loi le dit. « Nous vous avons déjà aidé et vous nous avez trahis. Pourquoi devrions-nous vous aider à nouveau? » Alors, ne faites pas l’erreur de prétendre être une telle personne. Ne soyez pas impatient de rechercher une telle personne. Regardez plutôt votre Être. L’Intime est le seul qui compte. Personne à l’extérieur ne peut nous aider comme notre Être, et si vous avez le grand malheur d’être un bodhisattva déchu, ne développez pas de fierté à cause de cela. Ayez des remords et sachez très bien, si vous êtes tombé une fois auparavant, vous le referez à moins d’être très, très prudent.

Le pentagramme contient beaucoup de connaissances cachées. Un pentagramme droit est un symbole de grande puissance, une énergie protectrice. Le pentagramme est également une combinaison de cinq A ou cinq alphas. Si vous prenez cinq A et connectez leurs pieds, alors vous créerez un pentagramme, et bien sûr, nous savons que l’alpha est le Christ. L’alpha, le premier, est la Mère Divine. Les cinq A, ou pentalpha, viennent de penta, ce qui signifie cinq; ces cinq A symbolisent bien sûr l’être humain, mais aussi la Mère Divine, qui a aussi cinq aspects, et aussi le Christ, qui s’incarne dans le bodhisattva pour rendre ce pentagramme parfait.

Le chemin pour réaliser ce travail est dans la lettre He, la cinquième lettre. Cette lettre représente la femme, ou l’utérus, et c’est dans l’utérus que la matière se forme, l’âme se forme, l’univers se forme. Nous devons entrer dans l’utérus lui-même pour faire gester l’âme, afin de vraiment connaître le Dharma. L’Arcane 5 nous enseigne très clairement que pour que nous puissions accomplir une telle chose, nous devons travailler consciemment avec la loi du karma. C’est-à-dire accomplir de bonnes actions, mais savoir les accomplir. En accomplissant de bonnes actions, nous recueillons le dharma, des résultats positifs, et cela nous aide à gérer l’ampleur de nos propres dettes.

Aussi enfermés dans la souffrance que nous sommes, nous devons énormément. Ainsi, travailler avec l’échelle, c’est commencer à développer l’équilibre dans notre karma et notre dharma. Nous devons beaucoup. C’est pourquoi nous souffrons. Nous devons donc apprendre à accomplir de bonnes actions, non seulement pour les accomplir, mais pour les faire correctement. Le dicton est alors: «Pour combattre le lion de la loi, utilisez la balance».

L’échelle est la loi elle-même, accomplissant de bonnes actions, mais l’échelle est également dans le signe de la Balance. La Balance est liée aux reins, un de chaque côté, et dans les reins se mesure notre chasteté. Un clairvoyant observant les reins verra des couleurs qui témoignent de notre chasteté. Si les chakras des reins sont rouge sang, nous sommes des fornicateurs passionnés, et si les chakras des reins sont d’un blanc éclatant, nous sommes très chastes et purs. Vous voyez ici, les reins sont très proches des hanches, et cette constellation des hanches, ou Balance, est ici même dans « He« , dans le ventre de la femme. Ainsi, lorsque vous dites: «Pour combattre le lion de la loi, utilisez l’échelle», il y a des niveaux de signification. Vraiment, l’échelle c’est la transmutation, c’est la chasteté, c’est travailler avec la lettre  » He  » en alchimie afin de produire de bons résultats, pour entrer dans la chasteté, la transmutation. Grâce à cela, les actions que nous effectuons ont plus d’énergie, plus de puissance, plus de puissance, et plus que cela, elles peuvent être imprégnées de la volonté de l’Être. L’énergie sexuelle, lorsqu’elle est transformée et transmuée, est traitée ainsi par la Mère Divine, la lettre ה He . Lorsque nous agissons, nous utilisons cette énergie, donc nos actions deviennent plus puissantes, nos paroles deviennent plus puissantes, nos pensées et nos sentiments plus pénétrants, plus profonds. Cela nous donne plus de responsabilités, mais cela nous donne également plus de capacités. Lorsque nous travaillons avec l’échelle, nous travaillons avec de bonnes et de mauvaises actions. Nous avons aussi vraiment besoin de travailler avec l’échelle des reins, l’échelle de l’homme et de la femme dans la chasteté. Cet équilibre est ce qui peut nous conduire vers la rédemption de notre propre âme. L’équilibre est acquis en développant une colonne centrale forte.

échelle de la justice


La balance elle-même repose sur un pilier, et ce pilier est notre colonne vertébrale, ou la colonne centrale de l’Arbre de Vie. Le centre de gravité ici est Tiphereth, l’âme humaine. La puissance de Tiphereth est dans le Yod. Souvenez-vous du Tetragrammaton, יהוה Yod-He-Vav-He. Le Yod est ce principe projectif masculin de la puissance masculine. Le ה He est le principe féminin réceptif qui, lorsqu’il est équilibré, produit des résultats. Le ה He, ce personnage, englobe cette sagesse de la façon d’entrer en équilibre, comment travailler avec les forces cachées dans l’utérus, à la fois de la Mère Divine et de la femme.

%d blogueurs aiment cette page :