CE QUE NOUS DEVONS TRANSCENDER AVEC :

Vis-à-vis de nous-mêmes.

Nous sommes invités à faire l’expérience de la joie, de l’abondance et de la richesse en assumant pleinement nos limites existentielles. Autrement dit, nous sommes incités à nous satisfaire pleinement des ressources que notre milieu nous offre sans chercher à revendiquer quoi que ce soit d’autre, des choses éventuellement plus alléchantes de prime abord, mais qui ne nous conviennent pas.

Devons nous protéger également contre toute inclination à percevoir les réalités qui nous entourent sur l’unique angle du profit, ne nous y investissant que dans la mesure où nous avons la possibilité d’en tirer un quelconque bénéfice et préférant nous abstenir dans le cas contraire ou si les risques sont trop grands,  tout étant calculé.

Dans notre relation,

Nous sommes invités à offrir à l’autre les ressources dont nous disposons selon ses besoins et en sachant ne donner davantage que ce que nous possédons. En ce sens, nous sommes amenés à développer une grande maturité dans la gestion de nos biens, il n’y a pas de place pour l’apathie, la superficialité ou la futilité.

Nous devons nous prémunir de toute tendance à partager nos ressources avec l’autre en manquant d’amplitude, par peur de gaspiller, nous limitant au strict nécessaire, au risque parfois de développer diverses formes d’avarice à l’égard d’autrui.

Spirituellement,

Nous sommes conduits à jouir pleinement des biens dont nous disposons en sachant que nous ne possédons rien par nous-mêmes et que seule la vie  (la divinité) en est la légitime propriétaire. À un autre niveau, nous sommes incités également à renoncer à nous-mêmes pour nous abandonner au lumineux, devenant, à travers les actes que nous posons, un vecteur, une fenêtre révélant les multiples grâces dont nous avons été comblés par la vie.

Nous devons également lutter contre toute disposition à ne pas vous vouloir exprimer, à travers la gestion des ressources que nous possédons, la lumière divine qui nous ambre, craignant un manque à gagner et préférant nous conformer à la sécurité, pourtant factice, d’un schéma établi, celui que notre ego ou que la société nous propose.

%d blogueurs aiment cette page :