4. HaRaH’ EL

Ce que nous devons transcender,

Vis-à-vis de nous-mêmes.

Nous sommes conduits à établir avec la réalité qui nous entoure, et conséquemment avec nous-mêmes une relation enthousiasme, riche et fécond à travers lequel nous pourrons cultiver une vision large, nous intéressant à toutes sortes de choses. Nous sommes amenés donc à développer une attitude ouverte, positive, curieuse et confiante face aux réalités qui nous entourent, trouvant toujours dans n’importe quelle chose une dimension intéressante à explorer.

Par ailleurs, nous devons proscrire toute tendance à vouloir établir des relations multiples avec le monde qui nous entoure sans pour autant réussir à en avoir approfondi une seule. Enfin nous devons lutter contre divers penchants à voir trop grand, vous évadant ainsi vers des horizons lointains au risque de nous déconnecter de notre quotidien, du milieu dans lequel nous vivons.

Dans notre relation.

Nous sommes invités à placer notre relation à l’autre dans une dynamique amoureuse, une relation étant exclusivement perçue comme l’occasion de donner ce que nous avons reçus. A ce titre d’ailleurs, il nous faut découvrir que l’expérience d’Amour ne peut jamais être initiée autrement que dans un acte de don désintéressé.

De même, nous devons nous prémunir  contre tout penchant à vouloir nous ouvrir à l’autre pour satisfaire exclusivement des désirs égocentriques et non dans une attitude d’accueil et de don, ce que suppose toute dynamique Amoureuse.

Spirituellement,

Nous sommes incités à établir avec notre être profond un climat d’intimité  propice à un échange véritable avec lui. Dans ce cadre d échange, nous sommes invitée en outre à nous laisser féconder par sa puissance illuminante et vivificatrice, par la puissance d’amour nous reliant à lui, nous conduisant ainsi à nous épanouir jusqu’à la plénitude de sa mesure.

Nous devons nous  protéger contre toute incapacité à instaurer une intimité dans notre rapport avec lui, cette relation étant récupérée par notre petit Ego (La persona), et son corollaire sur le plan extérieur, l’esprit du monde, pour être dénaturée, lui ôtant toute dimension sacrée, la profanant en quelque sorte, en lui donnant un caractère plus mécanique que cardiaque.

%d blogueurs aiment cette page :