L’INFLUENCE DE :

Pour illustrer l’influence de LEoU (YaH) sur la conscience humaine, nous avons choisi un vieux récit nordique, l’histoire du roi Beowulf. En effet, cette histoire décrit admirablement cette capacité que le Trône LEoU (YaH) éveille et développe en nous à savoir offrir volontairement et délibérément ses propres souffrances afin que le monde puisse voir les siennes s’atténuer quelque peu. Ainsi, ce conte rapporte qu’autrefois, le royaume de Geat était terrorisé par un effroyable dragon, qui dévastait et brûlait tout sur son passage.

    Le roi Beowulf, bien qu’âgé, dominait encore ses compagnons de sa haute stature et décida d’aller combattre lui-même le monstre. Il partit ainsi avec une petite troupe de guerriers et ne tarda guère à se retrouver à l’entrée du repaire du dragon. Aux alentours, tout était paisible, aucun signe de vie n’émanait du tumulus de pierre. Le roi, sur un ton de tristesse, échangea quelques mots avec ses compagnons et il leur ordonna de se tenir à bonne distance, se dirigeant d’un pas ferme vers l’entrée.

    Un nuage de fumée et un jet de flammes jaillirent soudain de l’entrée du tumulus. Le dragon apparut, tendu comme un arc, toutes griffes dehors, crachant le feu et une bave bouillante. Les compagnons du roi coururent se cacher. Beowulf, quant à lui, demeura inébranlable. Il brandit son épée, lui fit décrire un arc de cercle étincelant et l’abattit sur le monstre. Mais l’épée ne mordit pas sur la peau squameuse du dragon qui cracha un jet de flammes sur le roi, dont la peau noircit et la chevelure s’embrasa.

    Le vieillard ne recula pas pour autant, semblant indifférent à ses brûlures. Alors le dragon se rapprocha. Ses crocs lacérèrent le roi à la poitrine, lui labourant les chairs. Mais le roi et le jeune Wiglaf, qui s’était porté à son secours, frappèrent à coups redoublés. Le sol trembla lorsque la bête s’écroula dans un répugnant amas de sang pestilentiel et d’entrailles bouillantes. Soudain le silence régna. Le roi chancelant, tomba à genoux et s’écroula. Empoisonné par le venin du dragon, Beowulf se mourait dans de terribles souffrances.

    La symbolique de ce conte est assez exceptionnelle. En effet, le héros est un vieux roi, symbolisant l’être humain qui, cheminant sur le sentier de l’initiation, arrive au terme d’une étape. Il a su maîtriser sa nature inférieure (il est roi et domine, malgré son vieil âge, ses compagnons par sa haute stature). Il lui faut maintenant accéder à un autre niveau de conscience et s’ouvrir ainsi à d’autres valeurs, celles du pur altruisme notamment.

    Pour cela, LEoU (YaH) lui présente la coupe de sa destinée mûre qui revêt ici l’apparence d’un dragon. Le dragon représente tous les instincts pervers et les tendances ténébreuses du royaume de Geat (représentant le champ de sa conscience, il s’agit du royaume dont il est roi). Le vieux roi offrira délibérément sa vie pour débarrasser son royaume du monstre, il succombera au venin du dragon, le poison qu’il a lui-même distillé tout au cours de sa vie passée.

%d blogueurs aiment cette page :