L’INFLUENCE

Pour illustrer l’influence de NaLaKH (EL) sur la conscience humaine, nous avons choisi le conte des trois nains de la forêt, des frères Grimm. En effet, cette histoire décrit admirablement le sens des responsabilités vis-à-vis des tâches à assumer mais aussi la vertu de charité que le Trône NaLaKH (EL) éveille et développe en nous. Ainsi, ce conte rapporte qu’une marâtre souhaitant se débarrasser de sa belle-fille, l’envoya en plein hiver chercher des fraises dans la forêt. Elle lui donna pour déjeuner un bout de pain dur et pour vêtement une robe de papier. Comme elle était obéissante, la jeune fille s’en fut ainsi vêtue avec son petit panier, dans la forêt enneigée chercher des fraises.

    En arrivant dans la forêt, elle aperçut soudain une petite maison où trois nains étaient à la fenêtre. Elle leur souhaita le bonjour et frappa discrètement à la porte : ils lui crièrent d’entrer. Elle entra dans la pièce et s’assit sur un banc près du poêle, afin de se réchauffer et de partager avec eux son maigre goûter. Les nains, pour la remercier, lui offrirent chacun un don. Le premier dit :  » Elle aura le don d’embellir de jour en jour. ». Le deuxième dit : « Il lui tombera des pièces d’or de la bouche chaque fois qu’elle proférera un mot. ». Le troisième dit : « Un roi viendra et la prendra pour femme. ».

    Malgré la terrible situation à laquelle la jeune fille se trouvait confrontée, elle ne se rebella point contre sa belle-mère et accepta pleinement son destin avec beaucoup de sang-froid. Plus encore, pleinement réceptive au rayon de NaLaKH (EL), elle fit preuve de charité à l’égard des nains malgré son extrême pauvreté. En récompense, ces derniers lui offrirent trois dons fort intéressants au niveau du symbolisme qu’ils renferment. En effet, le premier don consiste à embellir de jour en jour.

    En fait, cet embellissement est celui de la personnalité, qui, sous le feu de la charitéincarne et rayonne toujours davantage les valeurs de l’esprit. Le deuxième don est celui des pièces d’or générées par chaque mot que la jeune fille profère. Il symbolise en fait de manière explicite la sublimation de l’énergie sexuelle, qui sous le feu de la charitépermet à la parole de devenir créatrice, c’est-à-dire d’incarner et de diffuser en ce monde les forces spirituelles.

    Le troisième don, celui de se marier à un roi, n’est autre en fait que les noces de la vierge à l’époux, soit encore la réconciliation et l’union en l’être humain de sa dimension corporelle (personnalité) et de sa dimension divine (esprit).

%d blogueurs aiment cette page :