L’INFLUENCE DE L’ANGE:

Pour illustrer l’influence de HAÏA (YaH) sur notre conscience, nous avons choisi un conte médiéval irlandais où précisément un petit personnage intervient pour aider l’héroïne à faire face à sa situation dramatique.

On raconte qu’un jour, une méchante belle-mère, jalouse de la beauté d’une jeune princesse, chassa celle-ci du château avec pour tout viatique, une boule de pain, un morceau de fromage rance et un petit pot de bière. La jeune fille marcha longtemps et arriva en un  lieu ceint de halliers, où s’ouvraient plusieurs grottes. À l’entrée de l’une d’elles était accroupi un petit homme aussi gris que le rocher et aussi difforme que les branches épineuses. Il regarda la princesse de ses yeux vifs et lui demanda où elle allait  ainsi toute seule. Elle répondit poliment qu’elle s’en allait chercher fortune et lui proposa de partager avec elle son maigre déjeuner. Après s’être restauré, l’étrange personnage sourit à la princesse et lui donna quelques conseils.

S’y conformant, la princesse se frayant un chemin à travers les buissons épineux jusqu’à une clairière où se trouvait une fontaine. Elle s’assit à côté. Aussitôt, une tête aux cheveux d’or paru à la surface et elle lui demanda de la laver et de la peigner. La princesse obtempéra et fit de même pour deux autres têtes qui apparurent ensuite. Quand elle eut terminé, la première créature lui donna en récompense la beauté pour charmer le plus grand des princes, la seconde lui donna un corps et une haleine parfumée, la troisième lui promit un roi qui lui offrirait son amour. Et il en fut ainsi. La jeune fille continua sa route,  et un peu plus loin, elle rencontra un prince qui lui jura un éternel amour.

Le symbolisme de ce conte est tout à fait exceptionnel. En effet, l’histoire s’amorce sur une grande désolation et une profonde solitude. Ceci représente bien les épreuves particulières qui précèdent une étape initiatique. Or, un petit homme gris apparait : c’est l’instructeur. Ce dernier lui confère les précieux conseils nécessaires pour résoudre la situation. Notons que la princesse prend soin de répondre au petit homme et lui offre boisson et nourriture. Ceci nous rappelle que pour bénéficier du don de conseil, il faut nécessairement s’y montrer réceptif. Combien d’êtres humains, refermés sur leurs multiples problèmes, ne prenez pas la peine d’ouvrir leur conscience aux êtres Angélique et ne réussisse finalement qu’à se fourvoyer plus encore dans de terribles impasses.

Mais, une fois la conscience éclairée, nous devons encore, sans nous décourager, suivre jusqu’au bout les conseils reçus, même si, apparemment, les conditions extérieures ne s’y prêtent guère. Ainsi, la princesse emprunta un chemin difficile, avançant au milieu des buissons d’épines et ouvrant elle-même une nouvelle voie, encore jamais tracé.

%d blogueurs aiment cette page :