L’ INFLUENCE ILLUSTRÉE PAR UN CONTE DE :

      Pour illustrer l’influence de VeHOu YaH sur la conscience humaine, nous avons choisi la parabole évangélique du fils prodigue. Croyant sans doute pouvoir mieux développer ses aptitudes et ses potentialités propres, hors de l’influence du père, le fils prodigue demanda à recevoir sa part d’héritage afin de pouvoir quitter la maison paternelle. Le père acquiesça à la demande de son fils et ce dernier entreprit un long voyage. Mais, loin de son père, il  » dissipa son bien dans une vie de désordre ». En d’autres termes, privé du pouvoir de l’esprit (le père), il devient incapable de gérer les ressources de la matière dans le parfait respect des lois qui les gouvernent.

       Plus encore, il les utilisa en fonction de ses seules attentes égoïstes, aussi illusoires qu’éphémères. Gaspillant ainsi son héritage, il commença alors  » à se trouver dans l’indigence » dans un pays tout à fait étranger (ce monde d’en-bas). Il alla donc se mettre «  au service d’un des citoyens de ce pays » (il soumit sa volonté à celles des puissances de ce monde d’en-bas, s’associant ainsi plus étroitement encore aux réalités extérieures).

       Toutefois, il continua à mourir de faim. En d’autres termes, ayant perdu sa capacité à saisir l’empreinte de l’esprit dans la matière, il ne participa plus dès lors aux ressources prodigieuses qu’elle recèle. Aussi,  » rentrant alors en lui-même, il se dit: « Combien d’ouvriers de mon Père ont du pain de reste, tandis que moi, ici, je meurs de faim !« . Il résolut donc de retourner à la maison paternelle pour y être engagé en tant qu’ouvrier. A travers cette dernière résolution (qui lui vaudra sa rédemption), nous voyons transparaître une nouvelle fois une dimension très importante de toute démarche initiatique: celle de se mettre au service de l’esprit et de conformer ainsi sa propre volonté à la volonté divine.

       L’influence de VeHOu YaH est parfaitement illustrée dans cette parabole. En effet, c’est à travers le ministère de ce Séraphin que la conscience du fils prodigue reçoit la lumière nécessaire pour réformer en lui ses tendances à l’anarchie et à l’insoumission afin de devenir serviteur du père (c’est-à-dire de conformer à nouveau sa volonté personnelle à celle de l’esprit). Ce fils prodigue obtint donc du Séraphin VeHOu YaH la force nécessaire pour admettre son erreur et suivre ensuite la route qu’il perçut dans cette illumination.

%d blogueurs aiment cette page :