2. L ’ARCHANGE MeTSaR EL

L’ INFLUENCE DE MeTSaR EL ILLUSTREE PAR UN CONTE >

Pour illustrer l’influence de MeTSaR EL sur la conscience humaine, nous avons choisi le conte du Chat Botté de Charles Perrault. En effet, l’intelligence qui anime le Chat Botté peut être apparentée à celle que l’Archange MeTSaR EL éveille et développe en l’homme. Ainsi, ce conte rapporte qu’un chat revêtit un jour un manteau et des bottes pour se mettre au service du fils d’un meunier rongé par la misère. Commence alors une extraordinaire aventure où la subtilité et la vivacité du discernement dont fait preuve le chat face aux situations parfois fort périlleuses se révèlent exemplaires.

       Citons, parmi les multiples astuces de cet animal peu ordinaire, l’épisode où il dut affronter un ogre pour s’approprier ses terres. Cet ogre possédait l’étrange faculté de se transformer en toutes sortes d’animaux. Le chat le savait et demanda à l’ogre de se transformer en lion. A peine le chat eut-il prononcé son souhait qu’il se retrouva face à un lion. Le chat fut si effrayé de se retrouver soudainement face à ce fauve rugissant qu’il dut se réfugier sur le haut d’une armoire. Ayant repris quelque peu ses esprits, il finit par déclarer à l’ogre que ceci était fort facile mais qu’il doutait qu’il pût également et tout aussi facilement se changer en souris. Il n’avait pas aussitôt fini de parler qu’une minuscule souris trottinait sur le sol. Le chat ne fit qu’un bond et la mangea.

       Ce célèbre conte recèle de profonds enseignements initiatiques. Le chat, par son agilité, son sens de l’observation, son adresse et sa pondération naturelles symbolise la dimension mentale de l’homme. Il est botté insiste-t-on. Or, c’est par les bottes que le chat maîtrise totalement son animalité. En fait, les bottes signifient la maîtrise et la domination complètes du mental sur la personnalité (le meunier miséreux). Ainsi botté, le chat, contrôlant parfaitement ses forces instinctuelles, incarne l’influence de l’Archange MeTSaR EL sur la conscience humaine.

       Ce chat amorcera alors avec son maître la quête initiatique. Celle-ci prendra fin lorsque le fils du meunier (la conscience polarisée sur le mode de l’extériorisation) épouse la fille d’un seigneur (la conscience polarisée sur le mode de l’intériorisation). Réconciliant ces deux dimensions, l’homme retrouve alors sa noble origine (sa nature divine) : il ne sera plus identifié à ce meunier miséreux mais deviendra désormais le marquis de Carabas.

%d blogueurs aiment cette page :