1. L ’ARCHANGE MeTSaR EL

SELON LA TRADITION INITIATIQUE

Les Archanges sont l’incarnation vivante de la Sephirah Hod (Gloire). Or Hod, nous l’avons vu, se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Mercure. Aussi, la tradition kabbalistique attribue à l’ange Archanges MeTSaR EL au même titre qu’à toutes les autres Archanges une tonique majeure Mercurienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des Archanges, nous constatons que MeTSaR EL est également associée à Geburah (Rigueur). Les fonctions célestes de MeTSaR EL seront donc coloré une tonique mineure Martienne. Ainsi, la fonction principale de l’ange Archanges MeTSaR EL: inspirer en notre Être le pouvoir de discernement (tonique majeure Mercurienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeurs  Martiennes.

En raison de sa coloration Martienne, le pouvoir de MeTSaR EL se révèle donc particulièrement efficace pour apprendre à discerner avec promptitude, finesse et une ingéniosité pleine de ressources. Nous avons toujours la répartie rapide, juste et pleine d’astuces lorsque nous sommes confrontés aux situations les plus difficiles. De même, MeTSaR EL libère notre conscience de toutes pulsions irréfléchies, consécutives à une capacité mentale ne maîtrisant pas suffisamment nos instincts inférieurs. Si nous faisons preuve d’étourderie ou que nous réfléchissions de manière trop impulsive, nous trouverons également auprès de MeTSaR EL l’appui et le soutien nécessaire pour réformer de telles tendances.

En regard aux sept disciplines définies par la scolastique médiévale, la tradition initiatique fait de MeTSaR EL le génie de Géométrie. Cette discipline à pour fonction l’étude rigoureuse de l’espace et des formes que l’on peut imaginer (notamment la Géométrie Sacrée). Plus encore, la géométrie n’est-elle pas en effet une discipline par laquelle Dieu géométrise selon le mot d’Einstein, c’est-à-dire qu’il génère des formes permettant l’expression et la manifestation de son Verbe Divin.

A ce titre, il est intéressant de constater combien cette science fut employée, sous les auspices de MeTSaR EL, dans le symbolisme sacré de bon nombre de religions. Ainsi, par division « le triangle équilatéral symbolise la Divinité, l’harmonie, la proportion. Toute génération se faisant par division, l’homme correspond à un triangle rectangle. Celui-ci, selon l’opinion de Platon dans Timée est aussi représentatif de la terre. Cette transformation du triangle équilatéral en triangle rectangle se traduit par une perte d’équilibre. ». (Davy, Marie Madeleine, Initiation à la symbolique romane, Paris 1964.)

%d blogueurs aiment cette page :