1. HaRaH’ EL

Selon la tradition Initiatique.

Les Archanges sont l’incarnation vivante de la Sephirah Hod (Gloire). Or Hod, nous l’avons vu, se manifeste sur le plan matériel sous l’apparence de Mercure. Aussi, la tradition kabbalistique attribue à l’ange Archanges HaRaH’ EL au même titre qu’à toutes les autres Archanges une tonique majeure Mercurienne.

Plus encore, en nous référant à l’arbre Séphirothique des Archanges, nous constatons que HaRaH’ EL est également associée à Chesed (Grâce). Les fonctions célestes de HaRaH’ EL seront donc coloré une tonique mineure Jupitérienne. Ainsi, la fonction principale de l’ange Archanges HaRaH’ EL: inspirer en notre Être le pouvoir de discernement (tonique majeure Mercurienne), s’exercera dans un contexte fortement imprégné de valeurs  Jupitériennes.

En raison de sa coloration Jupitérienne, le pouvoir de HaRaH’ EL se révèle donc particulièrement efficace pour apprendre à discerner avec une heureuse tournure d’esprit. Le discernement qu’enseigne HaRaH’ EL  se caractérise ainsi par la sincérité, la transparence, une faculté d’appréciation sûre et saine. De même, HaRaH’ EL lutte contre l’éparpillement d’idées. Si nous éprouvons de la difficulté à posséder une réflexion claire et féconde nous aurons avantage à solliciter HaRaH’ EL.

La tradition Hermétique attribue à HaRaH’ El la faculté de nous apprendre le don gratuit, un don entier et total ne pouvant souffrir aucune tergiversation. Le don est un outil fondamentale de toute démarche initiatique et celui qui entreprend une telle démarche le réalise très vite, parfois non sans de profondes amertumes…  « C’est en donnant que l’on reçoit », déclare saint François d’Assise et le Christ ne cesse de le répéter qu’il « n’y a pas de plus grand Amour que de donner sa vie pour ses amis. »

En outre, de par cette faculté d’appréciation sûre et saine qu’éveille HaRaH’ EL au plus profond de notre conscience humaine, cet Archange  est également considéré par la tradition comme le génie de l’Arithmétique. L’Arithmétique  est cette science qui étudie les propriétés élémentaires des Nombres Rationnels. En fait cette discipline mathématique, « la première et la plus importante science, déclare le philosophe Platon, est celle du Nombre en Soi, en excluant les calculs vulgaire. Cette science explique, comment il est engendré par le paire et l’impaire, quelles sont ses vertus et comment il communique sa nature à toutes choses. ».

Plus encore, par cette arithmétique, l’être humain, avec l’aide de HaRaH’ EL, apprend à veiller à ce que chaque chose soit donnée dans une juste mesure. Donner avec discernement et bonté, sachant pertinemment que les calculs des hommes ne sont pas ceux de Dieu.

%d blogueurs aiment cette page :